Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Santé du président : La présidence rassure et annonce que Tebboune rentrera dans les jours prochains    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    Coronavirus: 978 nouveaux cas, 605 guérisons et 21 décès ces dernières 24    REPRISE DU TRAFIC FERROVIAIRE : La SNTF apporte des précisions    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Reprise des vols vers la France le 27 décembre    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    Le confinement partiel prolongé de 15 jours, sauf pour les mosquées    SCOLARISATION A DOUBLE VACATION : Annulation des cours du samedi    Jeux olympiques et paralympiques 2020: versement de subventions financières à trois disciplines    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    ASSE: Boudebouz a vu des Lillois "timides"    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Le barrage de Beni-Haroun rempli à 90%    Saisie de marchandises prohibées à travers plusieurs wilayas par la gendarmerie    Début de semaine agité sur le front social    Place au numérique    Un Goncourt et un Renaudot pas comme les autres remis aujourd'hui    Pas de majorité législative pour le président Kaboré    Abus de fonction, clientélisme et rapine    Repli historique du dinar face à l'euro    L'Eniem en arrêt technique à partir du 1er décembre    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Aménagements extérieurs des 8700 logements sociaux d'Oued Tlelat: Les entreprises retardataires menacées de résiliation de contrats    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vente de psychotropes: La nouvelle stratégie fait des vagues
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 10 - 2020

  Le décret exécutif 19-379 du 31 décembre 2019 fixant les « modalités de contrôle administratif, technique et de sécurité des substances et médicaments ayant des propriétés psychotropes », qui sera en vigueur le 3 novembre 2020, fait des vagues. Contrairement au Syndicat national des pharmaciens d'officines (SNAPO), qui a appelé ses adhérents à se mettre à l'heure des nouvelles dispositions édictées par le décret en question, soit à ne plus délivrer les médicaments que « sur présentation d'ordonnances à souches », le Syndicat national des pharmaciens algériens agréés (SNPAA) appelle pour sa part à la révision de plusieurs points et articles, à cause de l'impossibilité de les appliquer sur le terrain. Considérant, à travers un communiqué reçu à notre rédaction, que l'entrée en vigueur du décret en question fait office d'une ouverture des portes de la prison devant les pharmaciens, le SNPAA lance un appel aux autorités pour procéder au gel du décret en question.
Pour ce dernier syndicat, l'ordonnance à souche pose plus de problèmes qu'elle n'en résout. La prescription de médicaments psychotropes ne pourrait plus se faire par les médecins autres que les psychiatres, qui sont pourtant habilités à prescrire tous les médicaments, va priver les malades de traitement pour le motif de l'absence de l'ordonnance à trois souches, considère-t-on. Qualifiant l'ordonnance à trois souches d'archaïque, très compliquée sur le plan pratique quand il s'agit de garder des exemplaires pendant deux ans chez le pharmacien et le médecin, les exposant de ce fait au risque de perte ou de détérioration de l'exemplaire de l'ordonnance en question, le SNPAA estime qu'il faudrait la remplacer par l'ordonnance électronique, pour ses commodités avec la carte « Chifa » notamment.
L'autre problématique de taille soulevée par le SNPAA se situe au niveau de l'absence de publication sur le Journal officiel de la liste officiel des médicaments psychotropes, qui expose le pharmacien dans l'exercice de sa fonction à la menace des sanctions pénales quand il délivre des médicaments non classés dans la catégorie des psychotropes. Profondément imprégné du rôle que doit jouer le pharmacien dans la lutte contre ce phénomène de la toxicomanie et son expérience pour y faire face, le SNPAA revendique un indispensable report de l'application du décret exécutif 19-379 du 31 décembre 2019 et procéder à sa révision en ce qui convient avec l'intérêt du malade en premier lieu et les professionnels de la santé, dont les pharmaciens, en contact direct ave les malades.
Notons que le décret en question, dont l'entrée en vigueur était prévue en avril 2020, a été repoussé de six mois à partir du 3 mai 2020 à cause de l'apparition de la pandémie du Covid-19. Est-il possible de geler ses dispositions une nouvelle fois et réviser ses articles dans le fond ? Difficile à imaginer, d'autant que cette revendication ne fait pas l'unanimité au sein des pharmaciens, car elle n'est pas partagée par le SNAPO, dont le président, même s'il exprime ses craintes concernant la préparation des médecins et des secteurs sanitaires pour cette éventualité, notamment en matière d'agencement des registres et ordonnanciers, a affirmé que les «pharmaciens sont prêts» pour cette échéance. Il est à appréhender dans cet esprit que la vente des médicaments psychotropes par les officines pharmaceutiques ne connaisse des perturbations à partir du 3 novembre, à cause de la mise en place de cette nouvelle stratégie, qui implique un concours étroit de plusieurs parties, et qui vise principalement à mettre à l'abri les pharmaciens (le SNAPO figure parmi les principales parties qui ont réclamé la mise en œuvre du décret en question).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.