Le tourisme grand perdant    Lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    1.133 nouveaux cas, 649 guérisonset 15 décès    6 morts et 19 blessés en 24h    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Macron provoque la tempête !    LDC : Séville se qualifie comme Chelsea pour les huitièmes    Schalke 04 : Un dirigeants recadre Harit    Réunion de Djerad avec les walis: la situation sanitaire et l'approvisionnement en eau potable au menu    L'Algérie, un "élément clé" dans les régions africaine et méditerranéenne    Le film "Abou Leila" de Amine Sidi Boumediene primé en France    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Sahara Occidental : Convergence des positions russe et algérienne    Jeux olympiques 2021 : remise de subventions à 325 athlètes représentant 21 fédérations    Pétrole: la demande mondiale atteindra près de 104 millions b/j d' ici 2025    STRESS HYDRIQUE : Des mesures urgentes pour assurer l'approvisionnement en eau    DEPUIS L'APPARITION DU CORONAVIRUS : Décès de 120 employés de la Santé    MOSTAGANEM : La Conservation des forêts retient un objectif de plus 300.000 plants    Médéa: neuf nouvelles communes "bientôt" alimentées à partir du barrage de "Koudiate Acerdoune"    Karim Tabbou répond à Emmanuel Macron    Foot / Ligue 1 (2020-2021) : Medouar prône l'union pour réussir une saison "exceptionnelle"    Real : Benzema trop court pour le match face à l'Inter Milan    Fin de l'AP-OTAN avec la participation d'une délégation de l'APN et du Sénat    Tergiversations au Conseil de la Nation    Le juge demande un complément d'enquête    La situation s'améliore nettement à Alger    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    L'Algérie perd 2 milliards de m3 de gaz à l'exportation    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le Soudan veut modifier la méthode des négociations    Plus de 10 700 dossiers pour 848 logements    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Le RAJ exige l'abandon des poursuites contre ses militants    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    L'INVICIBILITE DU TEMPS    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    1.005 nouveaux cas et 19 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 10 - 2020


Ainsi, Aboubakr Benbouzid, ministre de l'Education durant deux décennies, - record national de longévité -, serait, à lui tout seul, ce concentré de tous les échecs, trop longtemps ruminés, de tout le pays. Pourtant, la «très particulière» pratique de la politique sous nos latitudes «très spéciales», nous a appris que les perdants d'hier peuvent, très bien, être les gagnants de demain ? Et puis quoi sur Benbouzid, sinon qu'il n'est que la tête qui dépasse la «meute» qui a longtemps fourré ses mains dans la gigantesque mangeoire qu'était devenue la République. Même si tous nos échecs, longtemps ruminés, se focalisent sur quelques noms de la grande faune «dinausauresque» du personnel politique du pays, un peu comme un arbre rachitique qui cache une jungle immense, pourquoi Benbouzid devrait-il être jugé quand nous échouons presque tous, partout, dans tous les domaines, et à tous les niveaux ? Les Algériens seraient-ils dans leur bon droit de s'offusquer de la gigantesque incurie qui se déroulait, vingt ans durant, sous le sceptre de la République, que le nœud gordien réside bien dans : qui doit demander quoi à qui ?! Sinon, à quoi servirait-il de réclamer la tête d'untel ou d'untel, fussent-ils les fossoyeurs de l'avenir de nos enfants, quand le miracle, en politique, comme en d'autres domaines de la vie nationale, n'est plus de ce monde, et depuis très longtemps déjà ! Sinon, que peut représenter, «comme danger», le retour aux affaires de X ou Y, ou même le retour, par la grande porte, de Benbouzid ou Ben-bidule, comparé au désastre consommé de l'école algérienne, devenue le réceptacle de tous les avatars et tares d'un pays où la méritocratie n'a jamais eu droit au chapitre ? La preuve que le changement salutaire n'est pas pour demain : en quoi ceux qui veulent juger cet artisan d'un cataclysme d'un autre genre et «son» école algérienne, sont-ils différents ou meilleurs que ce «beau-fils» ou «beau-frère» de Poutine, ou «la grosse énigme du pouvoir algérien» déchu, selon d'autres ? D'aucuns feignent d'oublier qu'après vingt ans de «benbouzidation» ou plutôt de lobotomisation, Benbouzid a failli devenir le boss de la deuxième formation politique du pays. Assurément, l'Algérie ne veut et ne peut plus rester ce cimetière (à ciel ouvert) des espérances. D'abord pour ses propres enfants. Avant et après le soleil de la Liberté. En attendant, Benbouzid, et tous les autres comme lui, peuvent très bien couler des jours heureux, ils ne sont pas les plus mauvais d'entre-nous !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.