Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tout le monde au musée !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 11 - 2020

L'Algérie nouvelle attendra : près de 20 millions d'Algériens ont boycotté les urnes, un record absolu, un taux de participation historiquement bas. La désaffection populaire vis-à-vis de l'acte de voter a fini par convaincre les plus réticents que l'Algérien d'aujourd'hui n'est plus dupe de ce que sont les vrais jeux et enjeux, face à une classe dirigeante qui a un mal fou à se régénérer, engageant le pays dans une impasse périlleuse. Ce qui est à retenir, c'est que la consultation populaire sur la nouvelle loi-mère aura capté l'attention des Algériens sur deux principaux points : l'islam consacré en tant que religion de l'Etat et la reconnaissance irréversible de tamazight comme langue nationale. Deux fondements idéologiques jugés «antinomiques», voire «irréconciliables» par une partie des Algériens. Mais si l'Algérien lambda continue à abhorrer par-dessus tout la «chose politique», c'est que la gestion de la chose publique ne veut pas dire exactement... la même chose pour tous, pardi !
Loge N°1 : il y a ceux pour lesquels faire de la politique, c'est apprendre à exercer sa langue bien huilée, ne surtout pas la laisser se «pâter», vendre des promesses dégonflées dans du papier-cadeau fripé, et toujours regarder de très haut le petit peuple s'époumoner à ses pieds pour lui jeter à manger de la galette, à défaut de pain rassis. Ces «aînés» de la République qui nous prennent encore et toujours pour d'éternels mineurs, ou même pour des «artichauts». Ceux-là, on les appelle les politicards... en faillite, à peine capables d'épeler la première phrase tirée du préambule de la nouvelle loi dite «fondamentale» du pays.
Loge N°2 : dans le monde nébuleux de la politique, il y a, aussi, ceux qui vous font prendre une grosse vessie crevée pour une lanterne grillée. Ils vous apprennent à manger sans user de vos mâchoires. Ils vous aident à creuser un puits profond pour vous laisser mourir de soif... noyé dedans. Ils sont même capables de marcher sans jamais poser leurs pieds par terre, à voyager loin avec rien dans leur musette, ou à voler haut en remplaçant simplement leurs gros bras par un cerf-volant en carton fortifié. Cette engeance d'hommes privés, virtuoses de la gestion à distance du destin public, sont capables de réussir l'exploit surhumain de transformer un jardin d'Eden en un désert inhabité : un miracle jamais réalisé de mémoire d'homopoliticus.
Loge N°3 : plusieurs étages au-dessus des deux premières loges, la troisième est occupée par une espèce de crypto-militants qui n'ouvre jamais sa bouche, ne parle pas la même langue que le petit peuple, ne mange pas son pain ni boit de son eau. Assise sur le plus grand sommet qui soit, cette «race» d'hommes invisibles à l'œil nu, est capable de lire dans la paume de votre main gauche pour prédire votre avenir, avec ou sans options selon votre faciès. Ainsi, comme la prière de l'absent, le vote de l'absent n'est valable que pour nous prouver que le pays est capable de tourner avec ou sans nous. Aussi longtemps que le personnel politique en place se contentera des idées reçues, à défaut d'offrir de vraies pensées, c'est, peut-être, tout le pays qu'il faut «vendre» ou envoyer au musée... !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.