Président Tebboune : l'Algérie entretient avec la France de bonnes relations, loin du complexe d'ancien colonisateur    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    L'argent informel représente 34 % de la masse monétaire globale    Le Président ordonne la création d'un outil de contrôle    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    Le youtubeur "Fekrinho" retrouvé mort à la plage Cap-Roux    Texte intégral de la réunion du Conseil des ministres    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Barça : Bartomeu passera la nuit au commissariat    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    La démonstration de force d'Ennahdha    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Le décret publié au "Journal officiel"    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Utilisé dans le protocole thérapeutique anti-Covid: Tension sur le Lovenox
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 11 - 2020

Le traitement «Lovenox», notamment le 0,4 ml, fait l'objet de forte tension sur le marché actuellement. Les professionnels de la santé le recommandent de plus en plus, ces derniers temps, en raison du risque thrombotique veineux induit parfois par la Covid-19. Cet « anticoagulant » ou « fluidifiant » sanguin, mis sur le marché par le groupe français Sanofi, se fait de plus en plus rare dans les pharmacies. Il est actuellement utilisé, en association avec d'autres médicaments, dans le cadre du protocole thérapeutique anti-Covid. Des malades ayant l'habitude de le prendre ou ceux ayant des proches atteints du Covid-19 ne cessent de lancer des alertes via les réseaux sociaux à la recherche de ce traitement. Contacté par nos soins, Messaoud Belambri, président du Syndicat national algérien des pharmaciens d'officine (Snapo), a affirmé qu'effectivement, le Lovenox de Sanofi connaît un manque de disponibilité depuis déjà longtemps. Et ce, même avant la crise sanitaire liée au Covid. Et de préciser que « depuis le début de son utilisation dans le cadre du traitement des malades atteints par la Covid, la situation a empiré ». Le produit est devenu quasi introuvable ou soumis à des conditions de vente inacceptables comme la concomitance ou les packs. «Je parle uniquement de la relation de vente entre les pharmaciens et les distributeurs, je ne sais ce qui passe entre les distributeurs, les producteurs et importateurs», a-t-il souligné. Le président du Snapo a également rappelé que ce genre de traitement est préconisé chez les femmes après accouchement, et son administration est quasi systématique pour éviter les complications et autres thromboses « post-accouchement ». C'est un traitement si nécessaire parce qu'il prévient la formation d'une thrombose (caillot dans une veine). Le président du Snapo a affirmé qu' «avec l'introduction de son générique (le Varenox) de fabrication locale, nous avons eu de l'espoir, or, la situation demeure inchangée, et les deux produits sont presque toujours introuvables ou soumis à des ventes ‘conditionnées', et en très petites quantités». Le produit fabriqué localement est l'équivalent du produit «Lovenox», et ce, aux mêmes dosages. Et de préciser que le Varenox étant le «biogénérique» de Lovenox, en terme plus technique, c'est un «biosimilaire». Le Snapo estime que le problème règlementaire est de taille concernant l'utilisation des «biosimilaires» lorsqu'ils sont disponibles. Les membres du Snapo précisent que «la réglementation qui gère le médicament en matière de substitution n'est pas la même qui gère le « biomédicament ». Les experts et autres responsables au niveau de l'autorité sanitaire précisent, selon le Snapo, que substituer un «biomédicament» par un «biosimilaire» n'est pas possible, comme c'est le cas pour le médicament générique qui peut substituer un médicament princeps selon le décret exécutif 92-279 de juillet 1992. Indiquant qu'il y a même une note émise par le ministère de la Santé il y a quelque temps, qui interdit cette substitution lorsqu'il s'agit de biomédicament. En précisant que «cette interdiction ne se limite pas aux pharmaciens mais également au médecin, qui ne pouvait pas mettre ses anciens malades sous «biosimilaire» une fois le traitement commencé sous un biomédicament ». Cette tension concernant le Lovenox rappelle l'intérêt du générique et du biosimilaire, des substituants permettant de soigner aussi efficacement et à meilleur prix, un grand nombre de la population. Il serait donc urgent, selon le Snapo, que les barrières règlementaires soient levées afin de permettre au ‘biosimilaire' de remplacer de manière effective le ‘biomédicament' d'origine, sinon, tous les investissements réalisés dans le cadre des ‘biosimilaires' vont connaître un blocage certain sur le terrain et les pertes seront énormes en matière de santé publique et d'économie de santé.
Et de préciser que l'exemple de ce produit « anticoagulant » est aussi valable pour les insulines, car notre marché enregistre la commercialisation d'insulines dites «d'origine» et d'insulines «biosimilaires». Le Dr Messaoud Belambri a affirmé que l'ancrage juridique du ‘biosimilaire', « sa définition » existe dans la nouvelle loi de santé, mais nous avons plutôt besoin d'une législation spécifique relative à l'accès et à la prescription des médicaments ‘biosimilaires'.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.