Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    Aït Ali promet un nouveau cadre juridique    Les explications du ministre Attar    Ce que propose l'UGTA    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le refus de repentance de la France envers l'Algérie est "inquiétant"    Real : Le titre, Benzema y croit à mort    Chelsea : Tuchel attendu mardi à Londres    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Polémique FAF-FTF    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Youcef Atal marque et se blesse    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    La justice se déjuge    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Pour 220.000 entreprises de l'ANSEJ: Dettes rééchelonnées et pénalités effacées    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Droits de l'Homme: Alger condamne la résolution du Parlement européen
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 11 - 2020

L'Algérie a condamné samedi, dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, la résolution du Parlement européen sur la situation des droits de l'Homme en Algérie. Et d'affirmer que son «contenu outrancier» se résume à «un chapelet d'injures et d'avanies à l'endroit du peuple algérien, de ses institutions et de l'Etat algérien».
«Le Parlement européen a cru devoir adopter, selon une procédure dite + d'urgence + pour le moins douteuse, une nouvelle résolution sur la situation en Algérie dont le contenu outrancier se résume à un chapelet d'injures et d'avanies à l'endroit du peuple algérien, de ses institutions et de l'Etat algérien», indique le communiqué du MAE.
L'Algérie «condamne avec force cette résolution qui ne peut avoir pour conséquence que de porter atteinte aux relations de l'Algérie avec ses partenaires européens, à un moment où tout plaide pour l'approfondissement du dialogue et de la coopération dans un cadre de sérénité et de responsabilité», souligne le ministère.
L'Algérie «tient, en cette circonstance, à apporter le démenti le plus méprisant à l'ensemble des accusations fallacieuses colportées au sein de l'hémicycle européen et traduites par cette dernière résolution. Elle déplore la tonalité foncièrement haineuse et teintée de paternalisme de ce texte, qui dénote d'une hostilité avérée digne de la période coloniale de certains milieux européens à l'égard du peuple algérien et de ses choix souverains».
Et le communiqué de rappeler que l'Algérie «entretient avec ses partenaires européens des relations fondées sur les principes de l'égalité souveraine, du respect mutuel et de la non-ingérence dans les affaires intérieures de l'autre. Elle ne saurait donc accepter qu'une institution européenne, fût-elle élue, s'immisce de manière aussi grossière et inadmissible dans ses affaires intérieures».
Et d'ajouter que «ce document prêterait à sourire s'il n'était truffé d'allégations et d'accusations gravissimes et malveillantes proférées par des parlementaires contre les autorités algériennes, accusations allant de la détention arbitraire jusqu'à des actes de torture prétendument commis contre des membres du + Hirak + interpellés par les services de sécurité», conclut le communiqué du ministère des Affaires étrangères.
Pour sa part, le député à l'assemblée populaire nationale et vice-président de l'assemblée parlementaire de la Méditerranée, Dr. Abdelmadjid Dennouni, a dénoncé vendredi soir l' «acharnement du Parlement européen sur l'Algérie». Répondant à une question de la chaîne TV Canal Algérie, le député a qualifié cet acte d'«ingérence flagrante dans les affaires internes de l'Algérie» et d'«atteinte à la stabilité du pays». Le docteur en sciences économiques a ainsi souligné que «l'Algérie est au centre d'un complot international visant sa stabilité et sa sécurité. Nos frontières à l'est sont menacées du côté libyen. Au sud, des groupes terroristes venant des pays du Sahel qui menacent un peu nos frontières et également actuellement, en ce moment précis à l'ouest, le conflit du Sahara occidental qui rejaillit comme ça, subitement, et qui est une source d'inquiétude pour l'Algérie. Il faut le dire très fortement ! La situation est grave ! Elle nécessite que tout le peuple algérien soit uni et soudé ! Cette résolution du Parlement européen qui donne des leçons à ce moment précis à l'Algérie est à réfuter entièrement. Elle est sans fondement. C'est pourquoi, il est de notre devoir de la réfuter catégoriquement. L'Algérie n'accepte pas d'ingérence dans ses affaires internes. Sa sécurité est sacrée !». Et d'ajouter : «Pour ce qui est des libertés fondamentales et des droits de l'Homme en Algérie, nous avons une Constitution qui garantit toutes les libertés. Je dis aux députés du Parlement européen, qui sont des donneurs de leçons, qu'ils oublient que l'instabilité en Afrique déstabilise toute l'Europe et surtout l'Europe du sud, que ça soit clair. L'Algérie a besoin de stabilité. Toute la région de l'Afrique du nord a besoin de sécurité, pour que l'Europe soit sécurisée tout le long de la Méditerranée. Voilà ce qu'il faut dire de cette résolution du Parlement européen, on n'a pas besoin des donneurs de leçons ! L'Algérie n'a pas besoin d'ingérence étrangère et la stabilité de l'Algérie est sacrée ! ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.