7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Quelles formes pénales ?    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Le compte à rebours commence    Zeghdoud à la barre de l'USMA    "Beaucoup reste à faire"    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Les femmes battent le pavé à Alger    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    Quand les banques n'appliquent pas    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





REVOLUTION DANS LES MENTALITES
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 01 - 2021

Tenter d'expliquer la teneur d'un PIB et d'un PNB serait perçu comme un gag par le citoyen algérien lambda. Au moment où il vient d'être sonné par l'augmentation de plus de 25% du prix de l'huile, il lui est impossible de prêter une oreille attentive à une quelconque démonstration savante d'un tableau économique dont il ne saisira ni la tête ni la queue. Pour faire vivre ses enfants, son unique résumé se réduit à ses dépenses quotidiennes et sa seule préoccupation reste la pesée de son couffin. Quelles que soient les conclusions que lui indique sa fiche de paie, quand il a la faveur d'en disposer d'une, par les temps qui courent, il aboutit à une aridité financière chagrinant, la plus petite des perspectives, pour une existence acceptable.
Il sera néanmoins loin de se rendre compte que, comme la majorité de ses concitoyens, il a vécu au-dessus de ses moyens et qu'il a été emporté par l'imprévoyance d'une gouvernance qui a semé une culture et une mentalité rendant un pays dans lequel tout était à dépecer.
Le tarissement des moyens permettant la nonchalance des activités économiques mi-figue, mi-raisin et qui par plusieurs de ses aspects a ébranlé les tribunaux, a fini par annoncer un avenir sombre.
Aujourd'hui, l'ensemble du peuple est astreint à s'arrêter au pied d'un mur difficile à démolir. L'Etat semble maîtriser la situation, aidé par le paradoxe infligé par une apparente indolence sociale née des effets d'une pandémie encore immaîtrisable. Pour le moment la situation économique et sociale reste en l'état mais la nécessité de garantir une sérénité nationale pérenne, figer encore les données actuelles serait la plus catastrophique des voies à emprunter.
La réelle guerre économique mondiale n'a encore pas dit son dernier mot. A cause du coronavirus et de la venue de ses disciples annoncée, de sérieux indices démontrent qu'elle sera féroce et impitoyable. Pour l'Algérie, seule une large révolution dans les mentalités et dans les comportements pourra lui permettre de s'asseoir dans un confort existentiel. Quitte à déranger et à bousculer les innombrables intérêts individuels et particuliers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.