Manchester City: Guardiola chipe un record à Mourinho    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Qualifications CAN: dates et lieux des matchs Algérie - Zambie et Algérie - Botswana fixés    Une obligation, pas un choix    Cour de justice, délits de la contrebande et moyens de lutte en débat    Il y a 50 ans, les nationalisations des hydrocarbures    Les 12 commandements de la phase transitoire    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Un vendredi sans heurts    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Le Chabab à Dar Es-Salam depuis jeudi    «Les joueurs doivent imposer leur football»    Nice - Gouiri : "Le plus important, c'est le collectif"    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Goudjil, l'APN, le 24 Février et la Grande Mosquée d'Alger    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Neuf militaires tués au Mali    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    AG élective de la FAA : Boukais révèle les irrégularités    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Keddara : Création d'un marché de l'artisanat    MOB : Bouchebah tacle la FAF et accuse    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les dessous d'une réconciliation
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 01 - 2021

La crise dans le Golfe, qui opposait le Qatar à ses voisins, l'Arabie Saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, Oman et le Koweït, en sus de l'Egypte, est-elle définitivement passée ? Les voyants sont au vert avec ces embrassades entre le prince héritier de l'Arabie Saoudite, Mohamed Ben Salmane, et l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, lors de sa descente de l'avion à l'aéroport de Riadh, mardi 5 janvier, pour prendre part aux travaux du 41e sommet annuel regroupant les dirigeants des pays du Golfe au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Ainsi que cette déclaration du prince Fayçal ben Farhane Al-Saoud, en marge de ce sommet, révélant qu' « il a été décidé aujourd'hui (ndlr, mardi 5 janvier), grâce à la sagesse de dirigeants du Golfe et de l'Egypte, de tourner la page et de rétablir toutes les relations diplomatiques » avec le Qatar et autre approbation de l'Arabie Saoudite de rouvrir au Qatar son espace aérien et ses frontières terrestres et maritimes.
Fini, donc, le « blocus » imposé au Qatar en juin 2017. Reste seulement à connaître les dessous du désamorçage de la crise pour bien voir si la tempête est bien passée ou s'il s'agit uniquement d'un règlement conjoncturel qui pourrait s'avérer conventionnel, obéissant au développement des facteurs qui l'ont imposé. Il est clair que les Etats-Unis ont joué un rôle clé dans la résolution de cette crise, exerçant une pression sur tous leurs partenaires dans la région pour renouer avec le Qatar, pour soustraire ce dernier pays à l'influence de l'Iran, préférant isoler ce dernier pays plutôt qu'un pays allié comme le Qatar, comment alors envisager ou imaginer l'avenir des relations entre l'Arabie Saoudite, les pays du CCG et le Qatar si des changements interviennent dans les relations entre les Etats-Unis et l'Iran ?
Certains observateurs n'excluent pas que cette volonté US de réunir en un seul les pays CCG vise également une proche normalisation « groupée » des relations avec Israël.
On veut pour preuve le ballet diplomatique effectué dans la région ces derniers jours par le gendre et conseiller de Trump, Jared Kushner, véritable architecte de la normalisation des relations de pays arabes avec Israël. Est-ce à dire que le Qatar va rompre avec l'Iran et accepter d'exécuter les 13 conditions formulées par l'Arabie Saoudite avant toute levée du blocus et reprise des relations, dont la fermeture d'Al-Jazeera et la fermeture d'une base militaire turque sur son sol ? Le Qatar ne s'est jamais plié à ces conditions au pire moment que lui a fait subir le « blocus », comment le ferait-il aujourd'hui qu'il a pu se remettre debout malgré l'adversité de ses voisins ?
Autre indice qui fragilise ce rapprochement, hormis les avances positives des Saoudiens, les autres pays du CCG gardent encore un silence embarrassant. On pense que ces derniers finiraient par suivre le grand allié saoudien, mais cela n'est pas un acquis affirmé, surtout quand on sait que le Qatar ne veut rien céder et que les Emirats Arabe Unis ou Bahreïn continuent encore de le voir sous le mauvais angle de ses contacts intimes avec la confrérie islamiste des Frères musulmans. En somme, les points de discorde entre les quatre pays qui ont rompu leurs relations avec le Qatar, en l'occurrence l'Arabie Saoudite, les EAU, Bahreïn et l'Egypte, sont toujours de mise et la réconciliation répond à plus d'un égard à un desideratum US, qui a un agenda commun dans la région mais pas forcément dans l'intérêt de tous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.