Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Elections, ANP, économie nationale: Tebboune s'explique    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Relance des enquêtes ménages à Aïn El Turck: Les mal-logés crient leur désarroi    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    La brindille que tu méprises t'éborgnera    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    Le poulet coûtera désormais cher !    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Une Fédération pour les énergies renouvelables    Une fake news fait flamber les prix    Une femme égorgée à son domicile    Fin de cabale pour les cambrioleurs de la poste de Bouhamza    La 2A devient GIG-Algeria    Bétonnage tous azimuts des terres agricoles    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    Le CRB dos au mur    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Distribution prochaine de 1.500 unités dans la daïra d'Aïn El Turck: Plus de 15.000 mal-logés en attente d'un relogement
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 01 - 2021


Selon un décompte établi sur la base des dossiers des demandeurs de logements, répartis sur trois communes de la daïra d'Aïn El Turck, quelque 15.000 mal-logés attendent un relogement, certains depuis plus d'une décennie. Il s'agit surtout des familles résidant dans les bidonvilles et les familles sinistrées recasées dans différents sites. L'insignifiante offre de quotas de logements sociaux par rapport à la forte demande a grandement contribué, en toute vraisemblance, à l'avancée effrénée de la bidonvilisation dans la contrée côtière d'Aïn El Turck. En effet, selon une source proche de ce dossier, des projets en phase de réalisation d'un total de près de 1.500 logements sociaux dans la daïra d'Aïn El Turck ne pourront certainement pas répondre à plus de 15.000 demandes déposées dans cette contrée, qui est confrontée à une démographie galopante et où est répertoriée une multitude de bidonvilles. Les constructions illicites dont le nombre flirtent avec les 15.000, qui ne cessent de foisonner au fil des jours à une folle cadence, sur le domaine forestier, domanial où encore sur les plages, ne sont finalement que le fruit d'une gestion inappropriée, dépourvue d'expérience et entachée de complaisance, qui a entravé ces dernières années la bonne marche du travail dans ce secteur névralgique. Le phénomène de la bidonvilisation n'a, de ce fait, épargné aucun espace dans cette prestigieuse contrée côtière, qui a beaucoup perdu de son aura d'antan et qui, ironie du sort, a été choisie comme zone d'appui pour les Jeux méditerranéens, qu'organisera la capitale de l'Ouest en 2022. «C'est une zone touristique, qui aurait dû être gérée par des professionnels, jouissant d'une certaine expérience dans le domaine du balnéaire. Malheureusement aujourd'hui, c'est difficile, voire impossible, de redorer le blason de cette contrée, qui méritait beaucoup mieux et qui aurait pu contribuer à travers une gestion adéquate à cette zone à promouvoir le secteur du tourisme, l'un des poumons économiques du pays», a commenté un topographe à la retraite, ancien habitant du village de Cap Falcon, abordé à ce sujet par Le Quotidien d'Oran. Selon le constat établi sur le terrain par Le Quotidien d'Oran, presque toutes les plages de cette prestigieuse côte, qui jadis faisait pâlir de jalousie les gérants des stations balnéaires du Vieux continent, ont été lamentablement défigurées par les hideuses masures construites illicitement avec du parpaing et de la tôle ondulée. De St Roch jusqu'à Bousfer-Plage, aucune plage n'a été épargnée par cette transgression, qui ne semble plus émouvoir quiconque, serait même devenue une activité commerciale comme tant d'autres, gérée par des réseaux bien organisés, vantant le bénéfice de la complaisance. A ce titre, les bidonvilles érigés çà et là ne cessent de grossir au fil des mois. Plus d'une trentaine de nouvelles constructions ont été recensées ces derniers jours au niveau de la localité de St Germain.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.