La militante sahraouie Sultana Khaya reçoit le prix "Citoyenneté pour les droits de l'Homme" à la Rioja    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Tizi Ouzou : Une rencontre du FFS perturbée par des militants contestataires    Zetchi: «On continue de travailler dans la sérénité et le calme»    Les prochaines consultations électorales, une opportunité pour l'édification d'institutions fortes en Algérie    Béjaïa : Le mouvement reprend ses repères    Repentez-vous, avant qu'il ne soit trop tard !    Des milliers de citoyens ont marché hier à Bouira : « Nous irons jusqu'au bout »    FATria: Salah Ouanes réélu pour un deuxième mandat    Des spécialistes mettent en garde contre la prévalence croissante de l'obésité au sein de la société    Coronavirus: 187 nouveaux cas, 152 guérisons et 5 décès    Saisie de plus d'un quintal de cannabis    Le Baiser et la morsure aux éditions Casbah :Yasmina Khadra se livre et délivre    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Assassinat de Ali Tounsi: Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Manchester City: Mahrez lance les hostilités avant le derby contre Man U !    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    OPEP+: maintien des volumes, l'Arabie saoudite prolonge ses coupes, la Russie et le Kazakhstan épargnés    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Terrorisme et déchéance de la nationalité    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Front Polisario invite la Minurso à l'impartialité    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    Améliorer d'abord les conditions de vie    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Tebboune reçoit les présidents de trois partis politiques    Vers un maintien des niveaux de production    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    La mafia du foncier dénoncée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La prévention gravement négligée !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 01 - 2021

Le masque Covid-19, qui a fait une intrusion planétaire en 2020, n'a pas épuisé ses penchants à la polémique et aux réajustements de sa politique publique. Passant presque inaperçu au début de la crise sanitaire, pour accaparer ensuite tous les intérêts des gouvernements dans un laps de temps très réduit, provoquant une rude concurrence sur le marché international et faisant baver les investisseurs, le masque de protection contre le coronavirus revient en ce début d'année 2021.
Si en Algérie le masque de protection ou bavette a fini par tomber sur les mentons, ailleurs on lui concède un intérêt toujours plus grandissant. Après avoir passé par différentes phases, à commencer par la nonchalance des gouvernements, aidés par des scientifiques, qui le considéraient inutile, jusqu'aux aveux de son indispensable port pour se protéger de la Covid-19 et son entrée dans le code de conduite dans les espaces publics, le masque de protection n'est plus laissé au choix de ses porteurs. Une nouvelle réglementation en Europe interdit le port du masque artisanal ou de catégorie 2 sur les lieux publics.
Désormais, seuls les masques FFP2, chirurgicaux et en tissu industriel de catégorie 1 sont autorisés dans l'espace public à travers plusieurs régions et pays européens. Les masques faits maison sont à bannir dans un contexte de propagation d'un nouveau variant de la Covid-19, qui
s'avère être plus contagieux et plus meurtrier, selon les affirmations du Premier ministre britannique, Boris Johnson. Il s'agit donc de se parer en masques performants afin de se prémunir contre ce nouveau variant et toutes les formes du virus. Où en est-on en Algérie dans ce nouveau branle-bas de combat contre la Covid-19 ? A tout point de vue, on semble nicher sur une planète. Il suffit d'un recul des contagions pour que la démobilisation gagne du terrain.
Le plateau des contagions qui se maintient depuis quelques semaines à des niveaux inférieurs à 300 cas/24h a presque fait oublier que le virus est bien là et qu'il n'attend que ce genre de comportement frisant l'insouciance collective pour revenir. Le respect des gestes barrières n'est plus appliqué convenablement, ni distanciation physique ni port de bavette ne sont respectés dans les espaces publics.
Le masque de protection, premier et grand rempart contre la circulation du virus, présente un visage usé à force de lavage et réutilisation, perdant toute sa capacité de filtrant, s'il ne devient pas lui-même vecteur de propagation du virus. Faisant comme si la crise sanitaire est derrière nous ! Sur le plan des chiffres ou des courbes, la situation est certes tranquillisante mais en matière de mesure du risque ambiant des contagions, il faut sérieusement tirer la sonnette d'alarme.
Ne serait-il pas plus important de revenir, aujourd'hui, à la sensibilisation de masse et à la coercition pour faire respecter les gestes barrières ? Les autorités semblent plutôt plus à cheval pour entamer les vaccinations avant la fin du mois de janvier, alors que l'urgence réelle est à ce niveau de la prévention.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.