Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    Le nouveau gouvernement se fixe 12 objectifs durant la phase transitoire    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    50 kilomètres en deux ans    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Indiscipline ou inconscience?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 01 - 2021

Après le jugement du président de la République à propos du médiocre travail du gouvernement, les membres du gouvernement sont à nouveau recadrés par le Premier ministre. Non pas sur le plan du travail, là, mais sur une question non moins importante relevant du comportement des ministres dans la gestion de leur département. Les ministres ne sont pas très regardants sur le plan des dépenses, chose qui a conduit le Premier ministre à instruire tous les membres du gouvernement pour réduire au strict minimum les dépenses publiques. L'instruction du Premier ministre, relayée par des médias, se réfère à des analyses des données liées à la situation financière de la fin de l'année, qui confirment la tendance baissière des réserves des liquidités du Trésor public, et qui exigent, de ce fait, une réduction conséquente dans les dépenses publiques et éviter tout gaspillage en matière de consommation d'eau, d'électricité, ainsi que le resserrement des factures du téléphone fixe et portable. M. Djerad recommande également, toujours dans cet esprit d'une rationalisation des dépenses publiques, de recourir aux techniques des visioconférences en lieu et place de l'organisation des congrès, conférences nationales et autres journées d'études.
Plus loin encore, le Premier ministre invite ses ministres à limiter au strict minimum les sorties sur le terrain, et si obligation il y a, le nombre des membres des délégations lors des déplacements doit être restreint. Et, pour montrer que la situation a atteint un seuil accablant, M. Djerad ira jusqu'à recommander à une administration, qui semble avoir abusé en matière de consommation de carburant, «l'utilisation des moyens de transport collectif pour réduire la consommation des bons d'essence ». Pourrait-on un jour voir de hauts responsables emprunter les transports publics pour se rendre à leur travail ou voyager à leur frais dans un cadre privé ? C'est une culture qu'on devrait apprendre, pas seulement quand on traverse des périodes difficiles, mais y compris lorsque le pays se trouve dans l'aisance financière. Il faudrait leur apprendre à ces hauts responsables à faire la différence entre le bien public et le bien privé. Et, au-delà de ces remontrances, on ne peut éviter de faire le constat malheureux de l'indiscipline de l'équipe gouvernementale et autres hauts cadres de l'administration. Tout simplement parce que ces derniers n'ont pas respecté les orientations du président de la République, insistantes à propos de l'impérative réduction du train de vie de l'Etat.
Car, doit-on le rappeler, parmi les mesures d'austérité annoncées lors d'un Conseil des ministres du 23 mars 2020, la réduction du train de vie de l'Etat figure en bonne place du débat. Il a été décidé, lors de ce Conseil, de réduire le budget de fonctionnement de 30%, «sans pour autant toucher aux salaires». Seuls deux secteurs ne sont pas concernés par cette dernière mesure, en l'occurrence la santé « dont les dépenses seront renforcées pour faire face au coronavirus et autres maladies infectieuses », et l'éducation nationale. De quoi pourrait-on accuser ces ministres gaspilleurs, de désobéissance, d'insensibilité face à la situation économique critique que traverse le pays, ou d'une grave inconscience qui leur enlèverait l'insigne honneur d'être là où ils sont ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.