Coupe de la Ligue: le NAHD, l'OM et le NCM passent en 8es de finale    Décès d'Idris Deby : l'Algérie suit avec une grande préoccupation les événements en cours au Tchad    Le Conseil de sécurité appelé à accélérer la décolonisation du Sahara occidental    MCA : Brahmia, nouveau président    Lancement de l'opération de vaccination anti-covid dans les wilayas et les institutions sahraouies    Nette hausse des exportations gazière au 1er trimestre 2021    Le pari électrique officialisé    Sûreté nationale: installation de nouveaux chefs de sûreté de wilayas    Nahda participera avec une trentaine de listes    Le soutien continu de l'Algérie aux efforts visant l'unification des rangs en Libye réaffirmé    Le front anti-Rachad se consolide    Constantine: réception du tunnel de Djebel Ouahch "durant l'année 2025"    Ceferin fustige    Mourinho n'est plus entraîneur des Spurs    Délocalisation de l'AGE bis de la FABB à l'ESSTS    Hausse des prix : Rezig évoque les «spéculateurs»    Accidents de la route: 25 morts et 1322 blessés en une semaine    Gâteau de crêpes    Mécontentement    Naïma Ababsa    "Les stocks des produits alimentaires ont atteint un niveau rassurant"    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    L'AUTRE COUP BAS DE LA CAF    Relaxe pour Fodil Boumala    Que décidera Macron ?    Un sans-papiers algérien expulsé de France    Seaal dans le viseur des pouvoirs publics    La mercuriale en roue libre    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Les travailleurs de l'ETRHB veulent sauvegarder leur entreprise    Le greffon de la liberté    Pour une valorisation des ressources archéologiques    Tamazight avance doucement, mais sûrement    Sidi Bel Abbès : La prolongation du couvre-feu asphyxie les commerçants    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    LE RAMADHAN A BON DOS    Hadj Merine ne s'enflamme pas    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Boumala victime de son paradoxe    Brèves    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    HCA: Une célébration dans la fierté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des dettes qui dépasseraient les 481 milliards de centimes: Les déboires financiers de la commune d'Oran
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 10 - 02 - 2021

Les déboires financiers de la commune d'Oran émergent désormais au grand jour. Sous-traitants privés et publics, notamment ceux chargés de la collecte des ordures ménagères, concessionnaires de réseaux (Sonelgaz, SEOR) et fournisseur de carburant et de lubrifiants (Naftal) réclament tous leurs dus. Des dettes globales qui sont estimées, selon des sources dignes de foi, à pas moins de 481 milliards de cts.
Mêmes les cotisations auprès de la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) ne sont plus versées, selon certaines indiscrétions. Une situation qui risque, à terme, de compromettre davantage la qualité des services assurés par la collectivité, mais surtout bousculer l'équilibre fragile du front social. La nouvelle grève des concessionnaires privées de la collecte des ordures ménagère, toujours en cours, est une parfaite illustration des manifestations que peut prendre ce problème des dettes impayées, avec toutes les conséquences qu'on peut imaginer sur la situation sanitaire de la ville et des citoyens. Il est à noter à ce titre que les créances des concessionnaires privés de la collecte représentent pas moins de 30 milliards de centimes rien que pour l'exercice 2020. Sans compter les créances au titre des années précédentes, dont 7 milliards qui remontent à 2019.
A ce propos, le directeur de la Division d'hygiène et d'assainissement (DHA) M.Rihi avait affirmé récemment que «les concessionnaires seront payés suite à la décision prise lors de la réunion tenue entre le DAL et la directrice des finances jeudi dernier. Une réunion lors de laquelle il a été convenu de payer les dettes que l'APC doit aux concessionnaires au titre de l'année 2019 et qui s'élèvent à 7 milliards de centimes.» Il s'agit de 07 concessionnaires qui n'ont pas encaissé 9 mois de l'exercice de 2019, alors que 35 autres ont des dus de 03 mois pour la même année et 25 qui ont 05 mois impayés, ce qui fait au total 07 milliards de dettes, avait-il détaillé. Le directeur de la DHA avait également affirmé que même les dettes de l'exercice 2020 estimées à 30 milliards seront réglées. «C'est par le peu de moyens de la commune que nous procédons à la collecte d'ordures ménagères, on a programmé 4 rotations par jour est ce n'est pas suffisant», avait par ailleurs indiqué le directeur de la Division d'hygiène et d'assainissement (DHA) M.Rihi.
Mais même ce «service minimum» ne pouvait être assuré convenablement faute de carburant, dont Naftal aurait décidé d'en interrompre la fourniture pour protester contre le défaut de paiement de ces créances qui remontent selon certaines indiscrétions à 2014 ! La même situation prévaut auprès de Sonelgaz qui assure la fourniture de l'électricité et du gaz pour le compte de la commune pour faire fonctionner les écoles, les mosquées et les différents sièges et services de l'APC. Le montant global de la facture des créances réclamées par Sonelgaz auprès des communes d'Oran et de Bir El Djir dépasserait les 45 milliards de centimes, représentant un cumul d'impayés depuis l'année 2016. Idem pour la SEOR dont le montant des créances auprès de l'APC d'Oran représenterait quelque 24 milliards de cts au titre de plusieurs années cumulées.
Cependant, cette question des dettes de la commune d'Oran reste adhésivement liée à celle de ses créances dont elle peine sérieusement à en assurer le recouvrement, plus particulièrement au cours des deux dernières années. En dépit d'une relative embellie constatée fin 2018-début 2019 en matière de recouvrement des recettes au titre de ses produits domaniaux, notamment, la pandémie du Covid-19 avec ses conséquences désastreuses en la matière a vite fait de replonger la trésorerie communale dans ses travers. Mais la crise pandémique n'explique pas tout et ne peut, en aucun cas, occulter les nombreuses tares caractérisant le système de recouvrement communal. Un système que d'aucuns estiment bureaucratique, obsolète et surtout allergique au changement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.