«Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    Liste contestée    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    Préparation des JO de Tokyo 25 athlètes en stage à Bordj-Bou Arréridj    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Le pire est à craindre    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    Décès de la Moudjahida Annie Steiner    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    La JSK a fait le job à Garoua, Sétif résiste à Johannesburg    7 décès et 182 nouveaux cas    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Grandiose marche nocturne à Akbou    Un procès peut en cacher un autre    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    15 quintaux de kif marocain saisis    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouira: Dix ans de prison pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 02 - 2021


La cour de Bouira, en poursuivant le déroulement de sa première session criminelle, a jugé avant-hier une affaire se rapportant à l'homicide volontaire avec usage de violence et abandon d'un enfant en l'exposant au danger qui a entraîné sa mort. Le principal accusé, A. C., a écopé de 10 ans d'emprisonnement ferme assortis de 100 millions de centimes à verser aux parents de la victime, tandis que le procureur général a requis la sentence de la prison à perpétuité à son encontre. Le tragique fait s'est passé le mois de mai de l'année 2019, quand l'accusé venait d'arriver aux urgences du Centre hospitalier Mohamed Boudiaf de Bouira en tenant dans ses bras un enfant, Adam, âgé de 4 ans et qui était dans un état critique. D'ailleurs, l'enfant ne tardera pas à rendre l'âme, car il portait des traces de violence et des brûlures au 3ème degré selon l'expertise médicale. La police intervient directement pour arrêter A. C. et A. B., la maman de l'enfant. Selon l'arrêt de renvoi, le mis en cause avait connu la jeune mère de la victime alors qu'elle se trouvait dans une mauvaise passe, car elle était en instance de divorce avec son dernier mari qui l'a priée de quitter son domicile. Ainsi, A. C. lui a fourni son assistance en l'aidant dans ses moments difficiles qu'elle traversait. La maman de 2 enfants, une fillette Aya âgée de 8 ans et Adam 4 ans, est arrivée à louer une maison dans la ville de Bouira, au niveau du quartier Oued Edhous qui se situe à la sortie de la ville. C'est ainsi qu'une relation est née entre le prévenu et cette femme qui, selon des dires, maltraitait ses enfants. Arriva le jour fatidique, durant lequel Adam se portait si mal et en étant évacué à l'hôpital par A. C. en l'absence de sa maman, il décédera quelques instants plus tard affecté par les traumatismes qu'il avait subis. Appelé à la barre, l'accusé a nié tous les chefs d'accusation retenus contre lui, en avançant qu'il ne lui viendrait jamais à l'esprit de maltraiter un enfant, et qu'il trouve une maladresse d'être mis en prison depuis 19 longs mois. La maman de la victime s'est également abstenue d'avancer quoi que ce soit comme réponse compromettant l'accusé dont elle avouera la disponibilité à lui prêter main-forte durant ses moments de dénuement. Mais elle ne niera pas que son compagnon lui arriva de temps à autre de frapper durement son fils. Comment expliquer ses traces de violence observées sur le corps de la victime faute de réelles preuves ? S'agissant des brûlures que la victime portait sur certaines parties de son corps, le mis en cause justifia ce fait en déclarant que le défunt enfant avait trébuché et chuta carrément sur un réchaud à gaz ardent qui lui provoqua ces brûlures quelques jours auparavant. En l'absence de preuves tangibles et irréfutables, le chef d'accusation d'A. C. d'homicide volontaire fut requalifié en coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans avoir l'intention de la donner.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.