Election des rédacteurs de la nouvelle Constitution    Le pays affiche une croissance négative de 3% au premier Trimestre 2021 : La Tunisie au creux de la vague    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Evocation innovante de la mémoire meurtrie    Le Conseil de sécurité se réunit après des destructions à Ghaza    Manque d'assiettes foncières à Sidi Abdellah : De nouvelles dispositions prises    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Atlético : Suarez a une préférence pour son avenir    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les (mauvaises) manières du «discours»    Nouvelle opération de déstockage    L'Anie sous haute surveillance    Le coup est jouable    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Les causes d'une déconfiture    L'ouverture des frontières au menu    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Réception de 3.400 doses    "La situation épidémiologique est maitrisée"    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Pari réussi pour Belaribi    Un courtier placé sous mandat de dépôt    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE FALLOIR GALVAUDE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 02 - 2021

Le verbe falloir est sans doute le plus usité par les Algériens. En tous lieux et en tous temps, l'intimation la plus creuse du vocabulaire est galvaudée pour n'importe laquelle des raisons sans que l'on se rende compte que sa réalité est une invitation à la démission. Son étalage à tout bout de champ pousse au désarmement et ce sont toujours les faux savants bavards qui s'ingénient à vouloir attacher ceux qui les écoutent à un enseignement virtuel pour les noyer dans une drôle de diversion. On instruit de ce qu'il faut faire en torturant le verbe falloir sans égard pour le comment faire et la légèreté de son contenu est d'autant plus inconséquente qu'elle se formule en croisant les bras.
Que de manipulateurs de théories le pays recèle mais la plupart restent abrités sous le toit du vocabulaire, les uns convaincus d'être détenteurs de la science infuse, les autres ligotés par un système qui ne leur accorde que les fortes humeurs virtuelles des mots.
Face à la crise démentielle qui secoue l'Algérie, tout un chacun sait ce qu'il faut faire et le rabâchage de l'intimation s'arrête à la gratuité des dictionnaires et ne soumet malheureusement pas la vague déclaration à aucun engagement.
Entreprendre n'est pas facile et l'action n'est pas aisée. Se contenter d'instruire et recommander à la légère ce qu'il y a à faire, en occultant les immenses embûches du terrain, n'est-il pas finalement le témoignage d'une fuite en avant pour se dégager de sa responsabilité ? A l'impossible nul n'est tenu. Mais indiquer aux autres des itinéraires sans adresses est illusoire.
Il est évident que les éclairages sont les bienvenus et que leurs utilités ne sont pas à démontrer. Mais ceux qui formulent à l'emporte-pièce des exigences se plient-ils d'abord eux-mêmes à leurs recommandations verbales et s'impliquent-ils eux-mêmes dans ce qu'ils exigent ? Le plus élémentaire s'arrêterait d'abord à une petite question de civisme et de civilité. On ne peste pas quand son voisin ne respecte pas un feu rouge, quand on ne résiste pas soi-même à le brûler.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.