Coupe de la Ligue: le NAHD, l'OM et le NCM passent en 8es de finale    Décès d'Idris Deby : l'Algérie suit avec une grande préoccupation les événements en cours au Tchad    Le Conseil de sécurité appelé à accélérer la décolonisation du Sahara occidental    MCA : Brahmia, nouveau président    Lancement de l'opération de vaccination anti-covid dans les wilayas et les institutions sahraouies    Nette hausse des exportations gazière au 1er trimestre 2021    Le pari électrique officialisé    Sûreté nationale: installation de nouveaux chefs de sûreté de wilayas    Nahda participera avec une trentaine de listes    Le soutien continu de l'Algérie aux efforts visant l'unification des rangs en Libye réaffirmé    Le front anti-Rachad se consolide    Constantine: réception du tunnel de Djebel Ouahch "durant l'année 2025"    Ceferin fustige    Mourinho n'est plus entraîneur des Spurs    Délocalisation de l'AGE bis de la FABB à l'ESSTS    Hausse des prix : Rezig évoque les «spéculateurs»    Accidents de la route: 25 morts et 1322 blessés en une semaine    Gâteau de crêpes    Mécontentement    Naïma Ababsa    "Les stocks des produits alimentaires ont atteint un niveau rassurant"    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    L'AUTRE COUP BAS DE LA CAF    Relaxe pour Fodil Boumala    Que décidera Macron ?    Un sans-papiers algérien expulsé de France    Seaal dans le viseur des pouvoirs publics    La mercuriale en roue libre    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Les travailleurs de l'ETRHB veulent sauvegarder leur entreprise    Le greffon de la liberté    Pour une valorisation des ressources archéologiques    Tamazight avance doucement, mais sûrement    Sidi Bel Abbès : La prolongation du couvre-feu asphyxie les commerçants    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    LE RAMADHAN A BON DOS    Hadj Merine ne s'enflamme pas    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Boumala victime de son paradoxe    Brèves    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    HCA: Une célébration dans la fierté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dissolution de l'APN: L'espoir d'un lendemain meilleur
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 02 - 2021


La décision prise par le président de la République de dissoudre le parlement, entre dans l'agenda du chef de l'Etat, qui a promis de procéder à de nombreuses réformes politiques et institutionnelles prévues et souhaitées par la présidence. Donc la dissolution de l'institution législative et l'appel à des élections législatives anticipées ont été différemment appréciées par les politiques, mais aussi par les citoyens. Ces derniers se disent directement concernés par l'initiative présidentielle, tant que celle-ci vise à apporter du sang neuf, aux instances élues, une des revendications du Hirak, le départ d'une assemblée reliquat de l'ancien pouvoir. Une APN décriée pour les conditions dans lesquelles elle avait été choisie. Certains voient dans la dissolution un éventuel nouveau départ, d'une Algérie en proie à des doutes sur son avenir, ses choix et ses orientations. Après près de soixante ans d'indépendance, l'Algérie amorce un virage crucial, dans l'édification d'un Etat de droit, d'une gouvernance limpide et performante. C'est le souhait de toute une population qui aspire que le pays soit doté d'organes politiques représentatifs. Des gens approchés sont dans l'ensemble unanimes, quand il s'agit de construire un Etat fort, dans ses institutions et dans ses pratiques politiques. Les reformes qui se dessinent ne doivent pas se limiter au haut de l'édifice de la pyramide institutionnelle, les citoyens espèrent que la vague du changement pour une Algérie nouvelle touchera également la base du piédestal politico-institutionnel. Ces mêmes citoyens revendiquent leur droit de designer les hommes et femmes qui auront à les représenter. Très déçus des précédentes mandatures, d'un parlement où sont parachutés des élus, triés selon les intérêts de milieux d'affairistes sans vergogne. Des députés et des sénateurs qui n'ont jamais été au niveau de leurs missions, affirment certaines voix. L'ouverture du parlement organe du pouvoir législatif, devant de nouvelles compétences et aptitudes, à même de redonner la confiance exigée, pour que la scène politique nationale retrouve sa quiétude et sa plénitude. Il est de notoriété publique que le parlement jouera pleinement son rôle de contrôle de l'action du gouvernement et faire soulever à celui-ci les préoccupations de la population. La majorité dite silencieuse croit à son implication dans les efforts du changement prônés par le président de la République si toutefois, les conditions d'un véritable changement seront réunies. La mutation du système politique passe inévitablement par le retour aux valeurs fondamentales d'un Etat algérien construit autour d'un consensus démocratique, la coexistence des opinions, l'ouverture et l'acceptation de l'autre. Autrement dit, une Algérie qui s'élève au dessus des brouilles idéologiques et partisanes, une Algérie bien ancrée à son passé, postulant à un lendemain de prospérité et de reconnaissance envers ses enfants.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.