Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 03 - 2021

LAGUNA BEACH - Reconnaissant que « personne n'est en sécurité tant que le monde entier ne le sera pas », le G7 a récemment annoncé des mesures supplémentaires pour faciliter à l'échelle mondiale un « accès plus abordable et équitable aux vaccins, aux thérapies et aux diagnostics » pour lutter contre la COVID-19. Mais, pour traduire l'intention déclarée en actions efficaces, il faudra à la fois un leadership politique audacieux dans les pays riches et un soutien aux pays en développement allant bien au-delà de l'aide financière. Bien faire les choses ne sera pas facile, mais l'effort est essentiel si les pays riches souhaitent éviter de vivre dans une forteresse avec une mentalité correspondante.
L'inégalité actuelle dans la disponibilité et le déploiement des vaccins est flagrante. Selon le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, seuls dix pays concentrent 75% de toutes les vaccinations contre la COVID-19 à ce jour. Plus de 130 pays n'ont pas administré une seule dose.
Face à une telle inégalité, le G7 a accepté d'augmenter l'aide liée à la pandémie à 7,5 milliards de dollars et a exhorté les autres, y compris les pays du G20 et les organisations multilatérales, à renforcer leur soutien aux pays en développement, que ce soit par le biais de la facilité COVAX ou du Dispositif pour accélérer l'accès aux outils de lutte contre la COVID-19.
Ces actions ne sont pas simplement la bonne chose à faire, étant donné les risques considérables auxquels sont confrontés les pays en développement ; elles sont également dans l'intérêt des pays développés. À moins que le reste du monde ne réussisse à combattre le virus, de nouveaux variants se multiplieront et confronteront les économies avancées à une série apparemment interminable de scénarios perdants-perdants potentiels.
Le premier découle du risque « d'importer » de nouveaux variants qui pourraient résister aux vaccins existants et renouveler de terribles cycles d'infection, hospitalisation, décès et confinements. D'ores et déjà, la bataille contre la COVID-19 a été rendue plus difficile par l'émergence de nouveaux variants de virus, comme les souches du Kent (Angleterre) et sud-africaines. Heureusement, bien que ces variants aient augmenté la vitesse de transmission, elles ne semblent pas avoir fait dérailler l'efficacité des traitements et des vaccins.
Il est crucial de réduire au minimum le risque de variants encore plus déstabilisants si nous voulons tourner la page d'un choc qui a détruit des vies et des moyens de subsistance. L'alternative est de bunkériser les frontières nationales.
Il ne s'agit plus d'une course entre deux concurrents. Aujourd'hui, nous espérons tous que la vaccination puisse prendre de vitesse non seulement le virus d'origine, mais aussi les nouveaux variants. Si cela ne se produit pas, de nombreux pays - et en particulier ceux qui ont fait des progrès considérables dans la réduction des infections et l'administration des vaccins - seront confrontés à plusieurs reprises à un choix difficile : soit prendre le risque d'être perturbé par un nouveau variant en provenance de l'étranger, soit réduire considérablement les flux entrants et sortants de citoyens, résidents et visiteurs. Or, aucune de ces deux options ne serait facilement viable à moyen terme.
Il existe d'autres raisons pour lesquelles aider les autres pays dans leur bataille contre la COVID-19 devrait être une priorité nationale, en particulier pour les pays occidentaux et leurs alliés. Déjà, la Chine a renforcé son influence et sa position dans les pays en développement, à la fois directement, grâce à la « diplomatie des masques » (fournissant des masques gratuits pour réduire la transmission du virus), et indirectement, en montrant que son modèle de gouvernance est plus efficace que celui des pays occidentaux pour surmonter l'adversité imprévue.
Aujourd'hui, la Chine est en train de proposer des vaccins, tout comme la Russie. Par exemple, la Plateforme africaine des fournitures médicales a récemment annoncé que l'Union africaine s'était vu offrir 300 millions de doses du vaccin russe Spoutnik V, ainsi que des fonds pour les pays qui en avaient besoin.
Une approche efficace du G7 pour rendre la vaccination plus accessible aux pays en développement contribuerait à contrer l'idée selon laquelle il a abandonné la scène mondiale. Elle serait également cohérente avec l'objectif de réengagement global de l'administration Biden.
L'efficacité du G7 dans ce domaine impliquera davantage que de tenir pleinement sa dernière série de promesses importantes. Le temps presse, qu'il s'agisse de mettre l'aide financière à la disposition des pays en développement ou de leur donner les excédents de doses prévus et déjà garantis des pays développés.
Le G7 doit également aller au-delà de cette aide dans au moins deux domaines. Premièrement, lorsque cela est nécessaire et sur demande, les pays membres doivent fournir une assistance technique et un soutien logistique pour surmonter les micro-défaillances qui perturbent les chaînes d'approvisionnement locales (une « imperfection » qui a sapé les efforts de vaccination précédents, comme contre le paludisme, depuis trop longtemps et qui peut être surmontée plus facilement aujourd'hui). Deuxièmement, le G7 devrait inciter les fabricants de vaccins à partager leurs connaissances avec les producteurs locaux et faciliter leur capacité juridique et opérationnelle à le faire.
Le chemin à parcourir est difficile. Il y aura des oppositions à de nombreux niveaux, y compris de la part de ceux qui souhaitent dépenser de l'argent et faire des efforts uniquement dans leur pays, et de la part de ceux qui cherchent à protéger les opportunités de profit actuelles liées aux vaccins COVID-19 et les opportunités de bénéfices futures liées aux percées scientifiques que les vaccins incorporent. Cependant, malgré toutes les complications, l'alternative est encore plus difficile : vivre avec des perturbations virales, vivre dans des bunkers nationaux, ou les deux.
Traduit de l'anglais par Timothée Demont
*Conseiller économique en chef chez Allianz et président du Queens' College de l'Université de Cambridge, était président du Conseil de développement mondial du président américain Barack Obama.
*Son dernier livre s'intitule The Only Game in Town: Central Banks, Instability, and Avoiding the Next Collapse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.