L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le code de nationalité, jeux et enjeux
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 03 - 2021

Traditionnellement considérée comme un attribut de la souveraineté des Etats, le projet de loi modifiant et complétant l'ordonnance n°70-86 du 15/12/1970 portant Code de la nationalité algérienne suscite un vif débat, même au-delà de nos frontières nationales. Les médias hexagonaux ont délibérément dirigé la réforme du code de la nationalité contre la diaspora, établie en France ou ailleurs dans le monde, mais est-ce que c'est vraiment le cas ?
Pourtant, depuis de nombreuses années, la déchéance de nationalité connaît un regain remarquable dans les pays occidentaux à la faveur de la menace terroriste.
L'acte de terrorisme comme motif juridique supplémentaire de déchéance de nationalité s'est diffusé dans un nombre croissant d'Etats en Occident et dans beaucoup de pays dans le monde. L'extension de la déchéance de nationalité continue toujours d'animer le débat politique en France, en restant une question purement franco-française.
Le projet de loi présenté par le ministre de la Justice, garde des Sceaux stipule dans ses nouvelles dispositions : « est déchu de la nationalité algérienne, acquise ou d'origine, tout Algérien commettant, en dehors du territoire national, des actes portant volontairement de graves préjudices aux intérêts de l'Etat ou qui portent atteinte à l'unité nationale et à celui qui active ou adhère à une organisation terroriste ainsi que celui qui la finance ou qui en fait l'apologie ». Ce dispositif concerne également « toute personne qui collabore avec un Etat ennemi, avec des dispositions conformes aux conventions internationales en la matière qui garantissent le droit au recours ». Les médias français donnent une lecture aussi spécieuse que fallacieuse du projet de loi, manipulant ainsi les Algériens établis outre-Méditerranée, pour orienter leur ressentiment envers leur propre pays. En quoi un ressortissant algérien, y compris les binationaux, risque-t-il de se voir déchu de sa nationalité, acquise ou d'origine, à part dans les cas prévus explicitement dans le projet de loi.
Certains exégètes en matière juridique font néanmoins le distinguo entre la nationalité acquise et celle d'origine. « Si le retrait de la nationalité acquise à toute personne ayant commis certains crimes est applicable dans d'autres pays, le retrait de la nationalité algérienne d'origine, héritée de père en fils, est totalement inacceptable », selon l'avocat Me Aït Larbi. Pour d'autres, la crainte, irraisonnée, de voir le nouveau code de la nationalité dirigé contre les « opposants politiques » est une interprétation purement subjective pour ceux qui font cette autre « lecture orientée », en déphasage total avec le remodelage des risques et grands périls qui pèsent sur l'Algérie et les moyens d'y faire face.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.