Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Le Président Tebboune s'entretient par téléphone avec son homologue égyptien    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Chelsea : Une touche en Allemagne pour Marcos Alonso    Ligue 1 (Match avancé/ 21e journée): le MCO domine la JSK (0-1)    Man United : Solskjaer se félicite de la prolongation de Cavani    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Maturité et montée en gamme    Fertoul pense que «ce sera difficile, mais pas impossible»    La Juve en péril, Pirlo, Ronaldo et Agnelli sur un fil    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Un dispositif sécuritaire mis en place par la Gendarmerie nationale    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    «Le Real et le Barça, hala» !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    Les solutions miracles des constructeurs automobiles    Porsche signe un bon début d'année    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Abdelkrim Benyaïche nommé recteur à l'université de Béjaïa    Quels députés pour quelle APN ?    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Cité Guehdour Tahar à Guelma : Rush sur le stade de proximité    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Agence foncière: Plus de 3.000 actes délivrés et plusieurs vieux sites régularisés    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Des enseignants universitaires véreux    Israël et l'ONU au banc des condamnés    «Au secours M. le président!»    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA POUSSIÈRE SOUS LE TAPIS
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 04 - 2021

Déjà éprouvés par le jeûne, la tension est montée d'un autre cran chez les Algériens pris en étau entre la hausse vertigineuse des prix des principales denrées alimentaires et la grève à Algérie Poste. Une grève déclarée «illégale» par la justice, mais dont les causes ayant mené à son déclenchement sont non seulement légitimes mais reconnues comme telles par la tutelle elle-même. Résultat d'un cumul de problèmes qui datent de 2003 comme avoué par le ministre du secteur himself, le secteur de la poste, qui assure un service public par excellence, a été carrément disloqué quand l'ancienne ministre du secteur, actuellement en prison, a carrément dissous le syndicat d'entreprise en 2017, en raison d'un conflit ouvert sur la gestion du gros matelas financier des œuvres sociales. Un comité national préparatoire de la conférence élective du syndicat de l'entreprise a été installé au pied levé pour «circonscrire l'incendie».
Autre argument à charge du ministre de la Poste et des Télécommunications est que celui-ci, depuis son installation, savait qu'un tas de poussière était caché sous le tapis, que la colère couvait chez les 26.000 postiers sans prendre les devants pour éviter justement de se retrouver dans une situation impossible, avec une grève «sauvage» déclenchée en plein mois de Ramadhan. Déjà que le problème des liquidités persiste toujours contrairement aux déclarations «officielles» et la cherté de la vie qui jette des pans entiers de la société dans une paupérisation visible à l'œil nu, voilà que le quotidien délavé des Algériens leur donne des cauchemars éveillés. Avec cette situation qui n'augure en rien de l'avènement d'une Algérie que l'on veut «nouvelle», c'est tout le gouvernement qui est interpellé pour mettre fin aux souffrances du peuple.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.