Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Doigts de kounafa    Un nouveau recteur pour Tizi    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Belmadi espère disputer jusqu'à 3 rencontres en Juin : Algérie – Mauritanie confirmé pour le 3 juin    Réunion avec les présidents de clubs professionnels : Les nombreux chantiers qui attendent la nouvelle FAF    CFA : Première réunion lundi    "PAS DE MUSELIÈRE"    Des choix budgétaires très compliqués    Lourdes accusations contre les syndicats    M'SILA SOUSLES EAUX    Forte mobilisation à Alger    Brèves    Sahara Occidental : Le Maroc poursuit son chantage envers l'Allemagne    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Santé: Lancement du Registre des refus de don d'organes    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    USMA-MCA, le choc    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





USM Bel-Abbès: C'est la mort à petit feu !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 04 - 2021

«L'anarchie est partout quand la responsabilité n'est nulle part», ce proverbe sied bien à tous ceux qui ont mis en péril l'avenir de la grande USMBA et qui ont utilisé le club de la Mékerra à des fins personnelles. Ceux qui ont barré la route aux véritables serviteurs qui ont écrit l'histoire de l'équipe du «Petit Paris». Gérer l'USMBA exige des critères. Car, ce n'est pas donné à n'importe qui de diriger un club de la trempe de l'USMBA qui avait, aux temps des hommes, réussi à faire signer la perle noire, le Marocain Larbi Ben Barek, le meilleur joueur professionnel de son temps, qui avait évolué à l'Atlético de Madrid, l'O. Marseille et au Stade Français avec comme entraîneur le célèbre Heleno Herrara, sans oublier les Tunisiens Henia, Lahmar et Kherrit.
Ne gère pas qui veut l'USMBA des Lacarne, des frères Abdi, Kheladi, Amar, Salhi, Fellah, Koudache, Achour et tant d'autres. Aujourd'hui, la réalité est là. A Sidi Bel Abbès, la médiocrité a pris le dessus sur la compétence. Lit (ASO), Belebna (ESS), Hamza, Haroun (JSK) et Baouche (USMA), ont été libérés par la CNRL en attendant les Smahi, Khiraoui, Belgherbi, Itim, alors que d'autres ont carrément émis le vœu de changer d'air par une résiliation de contrat à l'amiable. En parallèle, le club est interdit de recrutement. Avec quel effectif l'USMBA va-t-elle entamer la seconde manche du championnat ? Un vrai cauchemar ! C'est la résultante d'interminables problèmes financiers, conjugués à des conflits entre les membres de la direction de ce club. Un conflit d'intérêts qui envoie l'USMBA vers le purgatoire. Les clignotants sont au rouge et l'avenir du club est sérieusement compromis avec des joueurs abandonnés et sans salaires depuis des mois.
Cela se passe au moment où une grande confusion règne au sein du club avec ce bras de fer entre le conseil d'administration de la SSPA, présidé par Abdelghani El Hannani et le directeur général, Abbès Morsli, également président du Club sportif amateur (CSA). Entre les deux, il y a ceux qui tirent les ficelles de ce conflit. La gestion catastrophique a fini par «tuer» le club. On croit savoir que le bilan financier de l'exercice 2019 relatif à la période de présidence de Abdelghani El Hanani a été rejeté à l'unanimité lors d'une AG, tenue en février dernier en raison de certaines «anomalies dans le recouvrement des recettes de billetterie durant l'exercice 2019", dit-on. Certains ont promis de révéler à l'opinion publique les dessous d'une gestion qualifiée de «désastreuse». Toutes les issues préconisées ici et là et les réunions d'urgence n'ont pas eu d'écho favorable pour mettre un terme au conflit opposant le CA, à sa tête, Abdelghani El Hennani, au staff administratif de l'équipe que dirige Abbès Morsli. Sinon, comment expliquer l'engagement par ce dernier de l'entraîneur Mouaz Bouakkaz, au moment où Abdelghani El Hannani a contacté le coach Lakhdar Adjali ? La faute incombe aux dirigeants qui posent face aux caméras de télévision à la recherche d'une célébrité perdue pour tromper l'opinion publique.
La faute à ces dirigeants qui n'ont pas un centime en poche mais restent accrochés aux postes. La faute incombe également aux autorités locales qui ne veulent pas frapper d'une main de fer puisqu'il s'agit de l'argent de l'Etat. «Le temps est infidèle pour qui en abuse», dit-on. Les dirigeants de l'USMBA ont abusé du temps pour ternir l'image des frères Hassani, Hasnaoui et les autres grands serviteurs du club, au moment où les anciens joueurs et notables de la ville assistent à la mort lente et douloureuse de leur équipe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.