Bouira : Deux manifestants placés sous mandat de dépôt    L'Agence nationale du sang célèbre la Journée mondiale du donneur de sang    Hand/ Championnat Excellence (messieurs) : le GS Pétroliers déclare forfait pour les play-offs    Logements AADL: des instructions pour l'examen de la 2ème vague de recours des souscripteurs de l'AADL 2013    Enseignement professionnel: création d'un centre de formation dans les énergies renouvelables à Cherchell    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 242 guérisons et 8 décès    11.000 policiers mobilisés pour garantir la couverture sécuritaire des épreuves du BEM    Dossier sahraoui: le Maroc enchaine les camouflets    Coupe Billie Jean King: "On s'attend à un niveau assez élevé"    Espagne : Luis Enrique envoie un message à Eriksen    La 26e journée se jouera vendredi et samedi    L'Algérien Fethi Nourine (-73 kg) qualifié aux JO de Tokyo    El-Hamri cale au mauvais moment    Vive polémique entre Macron et Johnson    28 millions de dollars pour un vol dans l'espace avec Jeff Bezos    Des mesures spéciales au niveau des plages ?    Le record mondial de l'association Errakim de Médéa    L'Unicef et l'OIT promettent d'éliminer le travail des enfants    Sonatrach et des sociétés danoises en quête de partenariats    Choc et impact !    La saturation risque de compromettre les programmes de logements    Un déficit de 45% de la production céréalière    3 soldats tués et 4 autres blessés    CES LOIS QUI FONT LE LIT DU FEMINICIDE    Cité Kouhil Lakhdar à Constantine : Un nouvel effondrement inquiète les habitants    3400 affaires élucidées et 3799 suspects arrêtés en mai dernier    AEP à Alger : Instructions fermes pour un approvisionnement régulier    Vaccination contre la Covid à Annaba : 41% de la population ciblée touchés    La Journée nationale de l'artiste célébrée    Le ministère de la Communication retire l'accréditation à France 24    Ministère des Finances: L'économie se remet progressivement de la crise Covid-19    Tiaret - Foncier industriel : 24 hectares inexploités récupérés    DNA - Ligue 2: Les probabilités à deux journées de la fin    En attendant la proclamation des résultats: Un taux de participation de 30,20% aux législatives    Tribulations d'un raboteur d'urnes !    L'Egypte rejette les mesures unilatérales de l'Ethiopie    Moyenne du taux de participation de 30,20 %    Le FLN «rafle la mise»    La longue nuit du dépouillement    Le discours politique sans impact    «C'est un jour heureux pour l'Algérie»    Le choc post-traumatique de la barbarie israélienne    «Je deviens Ifru Nomade!»    Un livre sur les victimes des traumatismes    Premier festival sur les plantes médicinales en Algérie    Un colloque virtuel sur l'économie informelle et les inégalités de genre    Le livre sur la question kabyle disponible en Algérie    Me Abdelkrim Khaldi tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ethique: Quels remèdes pour l'administration et l'entreprise publiques ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 10 - 05 - 2021

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a présidé hier, à l'Ecole nationale d'administration (ENA), les travaux d'une journée d'étude sur «l'éthique dans l'administration et l'entreprise publiques. Lors de l'allocution prononcée à l'ouverture des travaux, M. Djerad a rappelé que «l'éthique n'est pas seulement une question de principes et de valeurs mais aussi un ensemble de règles juridiques qui doivent être instaurées pour construire un système de gouvernance cohérent et crédible». Djerad a ajouté que «toute approche de réforme visant à moraliser la vie publique et le service public, en particulier, ne sera efficiente et efficace que si elle passe par un diagnostic minutieux et objectif du phénomène de la corruption, de ses ramifications et de ses véritables causes et l'identification des dysfonctionnements et des comportements déviants, qui ont toujours été une principale source de préoccupation dans notre société».
L'organisation de cette journée d'étude intervient dans un contexte marqué par la crise complexe et multidimensionnelle que traverse notre pays, comme tous les autres pays, et qui touche aux valeurs, aux mentalités et aux comportements, a relevé le Premier ministre, soulignant l'intérêt croissant des citoyens, des opérateurs économiques et des partenaires sociaux pour la nécessaire réforme de l'Administration publique, dans le cadre du processus de réformes engagées dans le pays, pour rompre avec les pratiques négatives enregistrées ces dernières années.
Parmi ces pratiques, M. Djerad a cité «les dépassements dans la gestion des affaires publiques, la corruption, le népotisme, la dilapidation du denier public, la bureaucratie» qui ont, a-t-il dit, «impacté négativement la nature de la gouvernance dans le pays et entamé la confiance du citoyen dans les institutions de l'Etat». Et de souligner que la restauration de cette confiance perdue «passe par l'amélioration de la relation administration-citoyen, à travers un service public de qualité, l'écoute de ses préoccupations et des solutions adaptées à ses problèmes».
A l'écoute des citoyens
Pour cela, il est nécessaire de réunir des mécanismes et des règles de nature à assurer le bon fonctionnement du service public, de même que des principes et des valeurs éthiques à même d'orienter et d'encadrer le comportement de l'agent public, a expliqué le Premier ministre, rappelant que compte tenu de sa dimension stratégique, l'éthique est une des priorités du programme du président de la République qui a consacré un volet à la moralisation de la vie publique et au renforcement de la bonne gouvernance. Le Premier ministre a rappelé que le président de la République Abdelmadjid Tebboune a souligné à ce propos «la nécessité de renforcer la transparence, de lutter contre la corruption et de proposer des mécanismes permettant d'éviter les conflits d'intérêts entre l'exercice des responsabilités publiques et la gestion des affaires, afin de soustraire la gestion des affaires publiques au pouvoir de l'argent».
M. Djerad a également salué les instructions données par le président de la République dans ce sens et que le «gouvernement tend à mettre en œuvre». Ces instructions portent sur la mise en place de cellules d'écoute des citoyens ainsi que la prise en charge de leurs préoccupations auprès des instances et administrations centrales et locales relevant des différents secteurs, sachant que des mécanismes de communication ont été élaborés, à l'instar des plateformes numériques et des bureaux d'écoute et de prise en charge des préoccupations des citoyens et des opérateurs économiques, a-t-il précisé.
Le Premier ministre a annoncé en outre qu'un «groupe de travail composé d'enseignants universitaires, d'experts et de cadres d'administrations et d'entreprises, sera créé et chargé de l'élaboration du projet de charte d'éthique dans l'administration et les entreprises publiques à la lumière des propositions et des recommandations issues de cette rencontre».
Il a précisé que cette charte servira de «guide auquel tout agent public doit se conformer quelle que soit sa position dans la hiérarchie administrative», de même qu'elle constituera dans le futur «une matière d'enseignement à inclure dans les différents programmes de formation», appelant à ce propos les établissements de Formation à la nécessité de «focaliser sur l'éthique professionnelle dans leurs programmes», afin de former «des hommes et des femmes imprégnés des principes et des valeurs et protégés contre les dérives comportementales.
Une question d'éthique
Et selon Djerad «l'éthique administrative ne se limite pas à l'éthique professionnelle», mais elle se veut «le moteur efficace des libertés individuelles et collectives qui permettent d'être à équidistance des exigences que nous attendons des pouvoirs publics et du comportement des citoyens dans une société qui aspire à la justice et à la bonne gouvernance».
Le Premeir ministre a aussi insisté sur «le devoir des citoyens de faire montre d'un sens élevé de responsabilité», en partant de «l'équilibre entre éthiques sociétale et administrative», ce qui donnera lieu, selon lui, à «la restauration de la confiance entre les citoyens et leur Etat» et contribuera à «la mise en œuvre des réformes profondes de l'Etat qui constitueront un défi fondamental dans la prochaine étape à laquelle appelle le président de la République».
Ont pris part à cette rencontre organisée par le Conseil national économique, social et environnemental (CNESE) et l'ENA, des membres du gouvernement, des conseillers du président de la République, des responsables d'organismes publics, des gestionnaires d'entreprises publiques, des enseignants, ainsi que des élus locaux, des acteurs de la société civile, des représentants d'organisations syndicales et du patronat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.