«Aucun pays n'est à l'abri de la menace terroriste»    Deux frères écrasés par un train    L'incontournable accompagnement de l'Etat    Une aubaine pour Sonatrach    Le Maroc veut-il la guerre?    L'issue des négociations semble proche    Le Kenya se réveille avec des interrogations    Triplé pour le judo    Aouar et Adli disent «oui»    Deux joueurs suspendus pour dopage    «j'irai me promener aux sablettes»    Situation maîtrisée    Les engagements de Belabed    FFS et RCD se préparent    Ecarts d'un charlatan inféodé    Hommage au comédien Sirat Boumediene    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    15 pays y prennent part    Vingt médailles pour les Algériens à 24h de la clôture    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    Conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Enième attaque contre la mosquée Al Aqsa    Six morts et quinze blessés dans un accident de la route    Saisie de 250 quintaux de son destinés à la spéculation illicite    24 Palestiniens arrêtés par l'entité sioniste    Le Président Poutine accuse les élites occidentales    Skikda Un incendie maîtrisé    Le ministère la culture la célèbre en août    L'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Feux de forêts: le directeur général de la Protection civile s'enquiert de la situation à Tipaza    Lancement d'un programme d'appui spécifique au cinéma au théâtre et à la musique    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Maroc: trois morts par asphyxie dans un puits d'extraction de charbon au nord-est du pays    Judo / Jeux de la solidarité islamique 2022 : l'argent pour Asselah, le bronze pour Ouallal    Jeux de la Solidarité Islamique / Football (match pour le bronze) : défaite de l'Algérie face à l'Azerbaïdjan    La canicule continuera d'affecter l'Est du pays jusqu'à mercredi    Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    La faim plus menaçante    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Le vieux de mon village    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une pratique qui menace le potentiel halieutique: Des sardines en dessous de la taille marchande inondent le marché
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 05 - 2021

A la faveur des bonnes conditions météorologiques prévalant ces derniers jours dans notre région, d'importantes quantités de sardine ont envahi les marchés de la wilaya d'Oran depuis le début de semaine. Conséquence, le prix de ce poisson bleu très prisé a connu une chute libre. Cette baisse a permis aux Oranais de renouer avec leur poisson préféré. Son prix est passé de 1.000 voire 1.200 dinars le kilo à 200 dinars. Avant-hier au marché d'El Hamri, les prix de ce poisson bleu variaient entre 200 et 600 dinars le kilo, selon la taille.
Une vrai aubaine pour les «petits» ménages qui trouvent en ce produit la seule alternative aux viandes rouges et même blanches qui atteignent des prix inabordables pour leurs petites bourses.
Un pêcheur explique que cette hausse de production «est normale, vu que les sardines et le poisson bleu en général suivent les courants chauds très fréquents notamment en cette période de réchauffement relatif de la température des eaux de la Méditerranée. Toutefois, au niveau de la majorité des marchés, on a constaté que d'importantes quantités de ce poisson ne respectant pas la taille marchande étaient proposées à la vente. Avant-hier au marché d'El Hamri, des sardines ne dépassant pas les 7 centimètres de longueur étaient vendues à 200 dinars le kilo alors que la loi la fixe à 11cm minium (le décret exécutif du 18 mars 2004).
Les étals achalandés proposant à la vente ce minuscule sardine à la taille non marchande, qui n'a pas eu le temps de se développer, sont pris d'assaut par les ménagères qui, à priori, semblent plutôt satisfaites de l'aubaine, alors que les spécialistes continuent de dénoncer ce genre de pratiques qui continuent de miner le potentiel halieutique local, déjà amoindri.
Le bureau d'Oran de l'Association de la protection et de l'orientation du consommateur (APOC) a dénoncé cette situation. « De telles prises ont un impact irréversible sur la régénération des ressources et la pérennité de la biomasse marine. Cet état de fait prouve de manière irréfutable que certains sardiniers transgressent allègrement les règles élémentaires de la pêche », affirme l'APOC. Une dérive dont se rendent responsables certains patrons de pêche qui ne respectent pas la réglementation en vigueur sachant pertinemment que leur sardine de 7 cm trouvera preneur. Ainsi, le consommateur se rend quelque peu complice de cette dérive perpétrée par des patrons de pêche sans scrupule où seul l'appétit du gain compte. Rappelons que la campagne de pêche du poisson pélagique dont la sardine a été lancée au début du mois de mai. Une campagne qui permettra de diminuer le prix de la sardine qui a atteint des niveaux jamais égalés dans les marchés et à la criée, allant même jusqu'à atteindre un seuil de 1.200 DA. Un seuil rarement égalé depuis des années et ce poisson bleu n'est plus «le fameux plat du pauvre ».
C'est bel et bien la faiblesse des prises à répétition qui a rendu le poisson aussi cher. « La sardine est chère parce qu'elle est introuvable», avaient signalé, à maintes reprises, les revendeurs. En transitant d'un revendeur à un autre, il atterrit au détail pour au moins à 800 DA. Après, c'est la spéculation qui entre jeu. A cela s'ajoute aussi un fait climatique important qui ne favorisait pas la disponibilité. Il s'agit de la vague de froid. Le mauvais temps n'explique pas, à lui seul, cette envolée des prix. D ìautres facteurs sont à prendre en compte, notamment le circuit de distribution et la mauvaise volonté des pêcheurs locaux à s'aventurer au large.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.