Le Real remercie Varane pour son professionnalisme    Le montant évoqué pour son transfert fait peur à Haaland    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    Le Président limoge le ministre de la Défense    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    Les perspectives de la coopération commerciale algéro-américaine passées en revue    Tunisie : la 2e République à l'agonie et l'armée valeur refuge    28 morts et plus de 12 580 sinistrés suite aux fortes précipitations    L'Irak enregistre plus de 12 000 cas en 24h, record depuis le début de la pandémie    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Histoire du jour    2 morts et 4 blessés à Aïn-Séfra    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Cinq nouveaux sites culturels inscrits au Patrimoine mondial    Actuculte    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Université Oran 2 : Plus de 4500 nouveaux étudiants    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    A quelles nouveautés s'attendre ?    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Le président de la Société algérienne d'infectiologie: «Les mesures de confinement ne sont pas assez strictes»    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    Haniched remplace Dékimèche    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Sale temps pour les islamistes    Goudjil et Boughali ripostent    Du pain sur la planche pour les députés    L'Onra est née    Le virus redouble de férocité    Le professeur Mansouri emporté par la Covid    2021 : l'année de tous les dangers    Tebboune réitère son "niet"    Washington appuie l'approche d'Alger    Moi, Tonya à l'affiche    Sean Penn refuse de tourner sa nouvelle série    Vu à Mohammadia (Alger)    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 06 - 2021

L'arrêt des opérations de lutte contre l'informel dans la majeure partie des localités côtières d'Ain El Turck, a engendré une véritable anarchie avec l'apparition sur plusieurs espaces publics squattés de marchés de fruits et légumes improvisés et ce, depuis le mois de Ramadhan.
L'occupation des espaces publics s'est intensifiée avec l'arrivée de la saison estivale. Des véhicules hippomobiles, des charrettes et des baraques sont montées et démontées l'espace d'une journée, sur des artères piétonnières. Malgré les nombreuses opérations de lutte contre l'informel, menées par les services de Sécurité, de nouvelles artères adjacentes au marché de fruits et légumes d'Ain El Turck, ont été squattées par une nuée de marchands informels.
Selon le constat établi sur place, la majeure partie des artères de ce marché sont, aujourd'hui, occupées, pénalisant énormément les automobilistes, notamment les habitants mitoyens, qui sont contraints de faire tout un détour pour rallier leurs domiciles. Pire encore, ce marché ne cesse de s'étendre chaque année jusqu'à atteindre la grande place d'Ain El Turck où des étals proposant des effets vestimentaires occupent une partie des trottoirs.
Cet indésirable état de fait a malheureusement, encouragé certains gérants d'établissements de commerce à s'accaparer des espaces et/ou à squatter les trottoirs en n'hésitant pas à laisser déborder leur marchandise sur la chaussée. A titre d'exemple, il importe de citer la principale artère du chef-lieu de la daïra d'Aïn El-Turck, qui aujourd'hui, hélas, a énormément perdu de son aura avec la débandade relevée dans le névralgique secteur du commerce. Les normes élémentaires sont allégrement piétinées par l'insouciance des uns additionnée au mélange d'indifférence et de complaisance manifeste des autres. Ce malheureux état de fait a grandement contribué à l'enlaidissement de ce boulevard, qui était, jadis, un lieu agréable où s'épanouissait la badauderie après le crépuscule. A l'époque, les terrasses achalandées où étaient judicieusement alignées des rangées de parasols, constituaient un lieu privilégié de rencontres pour les riverains des différentes communes de ladite daïra qui s'y retrouvaient à la tombée du soir dans une ambiance conviviale. Selon les anciens habitants d'Ain El Turck l'informel a aussi détruit d'illustres points de repère, qui relatent toute une histoire de cette région où il faisait bon de vivre.
Les habitants suggèrent à l'unanimité la poursuite régulière de la lutte contre l'informel comme assainissement de cette situation, qui tend vers la déliquescence du cadre de vie de la population de cette daïra côtière, aspirant, ironie du sort, à promouvoir le Tourisme.
Ce triste constat est visible dans l'ensemble des communes essaimées à travers cette région côtière, avec toutes les contraintes et autres désagréments qui se répercutent négativement sur la circulation automobile et routière. L'informel semble avoir tendance ainsi à enlaidir encore un peu plus les paysages des ces municipalités côtières au grand dam des nostalgiques, natifs de cette partie de la wilaya.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.