LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Un chanteur condamné à un an de prison avec sursis    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    Les fruits amers des accusations interposées    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand on manque d'un projet de société
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 06 - 2021

Si on considère bien l'histoire de notre pays, on remarquera facilement que par-delà le Printemps Berbère de 1980, les événements d'Octobre 1988, ont remis tout en cause : le fragile équilibre maintenu à coups des pétrodollars explosa, faisant revenir en surface toutes les anomalies qui ont sédimenté depuis l'indépendance et qui, pour une grande partie, sont héritées du colonialisme. Il y a d'abord, la tare rédhibitoire de l'inexistence d'un projet de société. Celle-ci était ballottée entre deux «para-projets», si j'ose dire, à la fois antinomiques et contradictoires. L'un arrimé à l'Occident avec le miroir aux alouettes d'une démocratie à géométrie variable, l'autre à l'Orient, submergé par son passé «arabe» glorieux, mythique, avec ses épopées qui donnent plutôt envie de dormir que de rêver.
Or, les Algériens n'ont demandé qu'à être des Algériens à part entière, avec leur histoire spécifique, leur culture à eux, leurs langues à eux, leurs coutumes à eux, leurs traditions à eux. Ils n'ont voulu ni ne veulent être ni orientaux ni occidentaux, ni Italiens, ni Français, ni Saoudiens, ni Libanais ni autres. Ils veulent seulement être ce qu'ils sont, dans leur diversité culturelle, linguistique, religieuse. Pourquoi notre pays a-t-il échoué de décoller ? La réponse est toute simple : parce qu'il a tenté de plaire aux autres sans qu'il ne se plaise à lui-même. Parce qu'il n'a pas construit ni planifié un projet de société moderne, pragmatique, consensuel. Lorsque je parle, personnellement, à un étranger, qu'il soit Africain, Européen, Asiatique, Américain de mon pays, je lui précise avant tout que je suis Algérien, issu du corps de l'Afrique, culturellement «multiple» dont la racine est berbère. Je me définis tel que je suis, sans nier toutes mes diverses appartenances civilisationnelles qui m'ont enrichi et m'enrichissent davantage au fil du temps. Et voilà tout !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.