"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Drame à Constantine: Six membres d'une famille meurent asphyxiés
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 07 - 2021

Le père, la mère et leurs quatre enfants, retrouvés en fin d'après-midi du mercredi 30 juin morts par asphyxie dans leur habitation, à la Cité Boudraa (terrain Benchergui), à Constantine, ont été enterrés avant-hier dans une ambiance de deuil et de désolation. Un drame incommensurable qui a mis en émois la population locale.
Les services de la Protection civile ont été alertés le mercredi, à 17h 10mn, par les voisins des victimes au sujet de l'asphyxie de toute une famille dans une maison individuelle (R+1). Les équipes de secours se sont immédiatement rendues sur les lieux, où ils ont découvert six (6) membres d'une même famille inertes, asphyxiés suite à l'inhalation du monoxyde de carbone se dégageant du chauffe-bain, indique le communiqué de la Protection civile, parvenu à notre rédaction en début de soirée du mercredi.
En apparence, donc, c'est le tueur silencieux qui est passé par là, ôtant la vie à six (6) membres d'une même famille, âgés entre 3 et 43 ans. Les secours prodigués aux victimes par les éléments de la Protection n'ont pas pu les ramener à la vie, et le médecin a confirmé sur place leur mort par asphyxie, due à l'inhalation du monoxyde de carbone.
Les corps des six (6) victimes ont été transportés à la morgue du CHU Constantine, indique la même source. Un seul membre de cette famille est resté en vie. Un jeune de 15 ans, selon les voisins, qui nous ont appris qu'il était chez des proches au moment du drame.
Un immense élan de solidarité a été manifesté envers ce jeune par les habitants de la cité Boudraa Salah, nous ont confié des riverains.
Ainsi, la piste de la mort par intoxication a été immédiatement évoquée, mais les services de sécurité territorialement compétents ont ouvert une enquête pour déterminer les causes et les circonstances exactes de ce drame.
Relevons que des drames pareils surviennent généralement dans des périodes de froid, synonymes de fermetures des portes et fenêtres, allant jusqu'à bloquer la moindre aération pour éviter que l'air froid ne s'introduise à l'intérieur des maisons, chose qui fait peser lourdement la menace de l'asphyxie sur les habitants dans le cas d'une mauvaise évacuation des gaz brûlés qui se dégagent de chauffe-bain ou de chauffage défectueux. Mais, ce drame survient dans une période caniculaire, où l'aération des demeures est imparable, sauf si on utilise la climatisation, qui oblige également de supprimer au maximum les échanges d'air avec l'extérieur pour garder la fraîcheur dans les pièces. En périodes de froid ou de canicule, donc, qui poussent les gens à supprimer toute aération dans les maisons, le tueur silencieux n'est jamais loin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.