"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



MOUTON ET BIGOTERIE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 07 - 2021

Il n'est ni obligatoire ni nécessaire d'être un expert en théologie musulmane pour se convaincre de l'intervalle réel entre la Sunna et le Fard dans l'islam. Bien que ces deux fondements de la religion soient essentiels, les confondre n'est que la manifestation d'une bigoterie ne justifiant en rien un attachement et une croyance sans faille à la parole de Dieu. La Sunna est orientations et recommandations et le Fard est obligation. Dieu dans sa miséricorde a permis à l'homme de disposer d'une intelligence pour s'adapter à la vie avec circonspection et sagesse selon ses possibilités et ses moyens. Les fêtes religieuses sont des moments propices pour que l'homme étale son sens de la mesure pour se conformer aux instructions divines.
L'Aïd El Kébir arrive au galop et il doit être célébré dans quelques jours. D'ores et déjà le mouton est hors de prix. Les tarifs affichés dans les marchés qui s'installent sont horrifiants et donnent le tournis. Les bêtes, avec ou sans cornes, ne sont cédées qu'à partir de 50.000 DA pour finir par toiser n'importe quel père de famille avec des étiquettes à 85.000 DA.
La foi n'accepte pas une telle provocation et il n'a pas été dit qu'entre le musulman croyant et le bélier, c'est le croyant qui doit être sacrifié pour que les préceptes de la religion soient aussi inversés et contrariés. La folie des marchés à bestiaux et le naufrage consommé du dinar n'autorisent en rien une infantile déraison d'une majorité de consommateurs engloutie dans une suée quotidienne pour tenter de s'accrocher à la vie. Sombrer dans la confusion entre le Fard et la Sunna n'est pas une œuvre de piété. L'islam n'a jamais instruit le croyant à s'écorcher la peau pour se soumettre à un suicide financier auquel il n'est pas tenu d'exécuter.
Bien au contraire, ce sont les grands événements religieux qui constituent une halte providentielle pour corriger le rythme de la vie et s'éloigner de cette culture nationale rivée de ne pas être en adéquation entre ce que l'on dépense et ce que l'on a. Se plier à la saignée des prix par le temps de crise actuelle pour festoyer avec une démesure évidente sans tenir compte de l'importante nuance entre la Sunna et le Fard est la manière incongrue de tourner le dos à la religion. Dieu n'en demande pas tant. L'exigence divine veut que le croyant ne soit pas lui-même un mouton.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.