7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pour booster la fertilité: Engouement pour les compléments alimentaires
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 07 - 2021

Avoir un enfant est le désir de tous les nouveaux mariés. Un rêve qu'une grande partie des couples en âge de procréer confrontés à des problèmes de fertilité ne peut pas réaliser. Les spécialistes indiquent que le taux d'infertilité chez les couples algériens est passé de 15 à 20% au cours des dernières années. En effet, sur 100 couples, 20 n'arriveraient pas à concevoir d'enfants naturellement durant les deux premières années de vie commune régulière. Les médecins affirment que de nos jours réunir toutes les conditions pour procréer n'est pas toujours facile.
Longtemps considérée comme sujet tabou, touchant à la pudeur des couples algériens, la fertilité est abordée actuellement avec plus de lucidité par ceux qui en souffrent...
Ceux qui vivent ce problème essayent tout… ils se laissent même parfois abuser par des charlatans et des herboristes. Il y a enfin ceux qui optent pour la science, ceux qui choisissent la procréation médicalement assistée, d'autres se penchent vers la chirurgie pour traiter quelques anomalies. Mais dans certains cas où la chirurgie n'est pas recommandée, les couples se tournent vers les compléments alimentaires pour booster leur fertilité.
Cette situation, généralement mal vécue, peut s'expliquer par un trouble hormonal, une mauvaise hygiène de vie ou des facteurs environnementaux. «C'est très probablement ce que nous mangeons, ce que nous buvons, qui est à l'origine d'un grand nombre d'infertilités», affirme un médecin. «Certains aliments boostent la fertilité. Mais dans certains cas nos apports alimentaires en vitamines et minéraux ne sont généralement pas suffisants. Pour apporter tout ce qu'il faut pour l'organisme on a recours parfois à des compléments alimentaires, composés d'éléments qui ont des actions certaines sur l'immunité», a-t-il ajouté.
Ainsi et depuis quelques année, la tendance des compléments alimentaires a vu le jour. Dans certains cas les résultats sont palpables. C'est le cas de ce couple, marié depuis 7 ans et qui attend son premier enfant. «Le rêve d'avoir un enfant est devenu réel grâce à une cure de complément alimentaire d'une combinaison exclusive d'extrait de plantes, de vitamines et de minéraux reconnue pour renforcer la fertilité sans aucun effet secondaire», dira le père de famille. « On a été soumis à une cure de trois mois, moi et ma femme, et Dieu merci on attend notre enfant », a-t-il ajouté. Selon un représentant du laboratoire SCI Pharma qui s'est lancé dans la production des compléments alimentaires destinés à la fertilité (fytomax) depuis 2013, « ces produits ont connu une tendance depuis des années parmi les couples désirant avoir des enfants. Et ils ont donné de bon résultats pour un bon nombre d'entre eux ».
En général, en s'appuyant sur des études scientifiques, les laboratoires qui se sont lancés dans ce créneau associent plusieurs composants à base de plantes dont le rôle dans la production d'hormones et de la reproduction est connu. Le produit destiné aux hommes contient lui aussi des substances qui lui sont propres. Notons qu'une exposition importante au stress et à la fatigue peut également avoir des effets négatifs sur la fertilité. Enfin, la pollution atmosphérique et les perturbateurs endocriniens sont de plus en plus pointés du doigt et suspectés de provoquer des dommages sur l'appareil reproducteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.