Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hooligans et service commandé
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 07 - 2021

Non contents d'avoir perdu un match de football, des supporters anglais ont été animateurs d'insultes et de casses sauvages dont seule la bassesse humaine est capable. Telles des meutes animales, des rejetons de ce qui reste du grand empire britannique s'en sont pris à trois joueurs de couleur qu'ils ont accusés d'être les pourvoyeurs d'une défaite sportive. Leur racisme gélatineux leur a vite fait oublier qu'ils ne doivent l'arrivée en finale de leur équipe nationale que grâce précisément à ces trois sportifs de couleur.
La non-reconnaissance est une constante chez les négriers. Ceux par qui la gloire est arrivée, s'ils sont d'origines différentes, sont considérés comme des outils corvéables à maudire et à jeter une fois que leur utilisation devient un prétexte pour justifier la multiplication des contrariétés. On les replace alors dans la case des pestiférés desquels arrivent tous malheurs allant des ennuis économiques au déploiement de l'insécurité.
Le monde sportif n'est qu'une partie visible de l'iceberg parce qu'il est sujet à grand spectacle et son empire faussement réduit est identique aux grands empires que des millions d'humains de couleur ont bâtis par la force de bras sous la contrainte et par l'obligation de la soumission. Les noirs aînés et les basanés ont hier donné leur sang pour que la puissance occidentale soit érigée et leurs enfants offrent aujourd'hui leur sueur et leur art pour que les étendards de ceux qui ont fait semblant de les adopter continuent de flotter aux grands vents. Observer les profils des joueurs alignés avant le déclic d'une compétition sportive internationale en les regardant suivre avec leurs lèvres un hymne national laisse pendantes moult interrogations.
Les stades et les enceintes sportives aux couleurs plurielles et chatoyantes ne sont que la carte de visite d'une immense duperie. L'art du lob et de la feinte dans un terrain ne serait qu'un quiproquo historique sinon une escroquerie que le colonialisme a imposée.
En s'en prenant aux trois joueurs de couleur, les hooligans racistes démontrent qu'en tapant du pied sur un ballon, la symbolique du geste n'a pas un sens identique pour tout le monde. Pour les uns, c'est une affirmation de soi. Pour les autres, c'est un service commandé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.