«L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières»    Les députés valorisent l'engagement du Gouvernement de présenter la Déclaration de politique générale    Foot/ CHAN 2022: Algérie-Libye en ouverture le 13 janvier au stade de Baraki    Coronavirus: 3 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    ONPO: 335 agences de tourisme autorisées à organiser la omra de l'année 1444 de l'hégire    La conjoncture difficile n'a pas eu raison de la détermination de l'Etat à préserver son caractère social    Escalade sioniste en Palestine: le silence de la communauté internationale déploré    «Toutes les conditions sont réunies pour son succès»    Ghardaïa: Deux morts et 17 blessés dans un accident de la route près de Mansoura    L'Algérie avance sur la voie de la véritable pratique démocratique    Benabderrahmane :«Près de 4 milliards USD à fin août 2022»    Ministère de l'Industrie: institution d'un comité de pilotage stratégique des filières textiles et cuir    Man City : Le taux de réussite délirant de Haaland    Real : Ancelotti n'accuse pas Benzema    Man City - Guardiola : "Certains joueurs n'étaient pas bons"    Benabderrahmane entame son grand oral    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    Ligue 1: l'ESS et le CSC se neutralisent, la JSK signe sa première victoire    Branchements illicites, manipulations frauduleuses sur les compteurs d'électricité: 1.814 cas de fraude et 436 dossiers devant la justice depuis janvier    Tiaret: L'appel des travailleurs de l'ONDECC    Commerce avec l'Algérie: L'Espagne a perdu plus de 230 millions d'euros en 2 mois    Entre contrebande et mauvaises habitudes: De nouveau, la pénurie d'huile de table    La pomme de terre victime de la pluie    Front social: La CSA veut être associée au dossier de revalorisation des salaires    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Benabderrahmane au charbon    Anouar Malek arrêté en Turquie    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Verdict le 5 octobre    Un week-end pour la propreté    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Tirage clément pour l'Algérie    Nne E.N. New-look?    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Grazie Meloni !    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Secours d'abord et prévention ensuite ou prévention d'abord et secours ensuite ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 09 - 2021

On était loin d'imaginer qu'une ville aussi futuriste que New York soit surprise et humiliée par une hécatombe pluvieuse pour imposer le décompte morbide de près d'une centaine de morts parmi ses résidents. Malgré leurs démesures, les gratte-ciels bravant les astres en permanence doivent rougir de honte en constatant que les eaux diluviennes sont venues sans prévenir leur serrer les hanches pour qu'une réelle désillusion s'installe dans l'esprit de la première puissance mondiale.
Dérèglement climatique, ouragans et cyclones, colères de la nature ont élargi la voie à un débat depuis quelque temps amplifié pour que face à la nature le monde entier se surprend dénudé. L'eau, substance vitale et essentielle pour la vie, tue aussi pour démontrer qu'entre la vie et la mort, l'espace est très réduit.
Alors devant le cafouillage du connu et de l'inconnu on se démène à établir des plans de sauvetage sans réelle garantie pour préserver des existences vacantes sur une planète minée.
On ne peut certifier que les Algériens sont ignorants ou insensibles chez eux au présage d'autres éventuelles catastrophes naturelles soupçonnées. Le paradoxe de la complicité entre la sécheresse et les inondations a depuis longtemps été acté. Dans un passé récent, des tragédies ont été tâtées. Les menaces ne cessent de planer. Celles des séismes sont à portée des têtes déjà encombrées par des tracas démultipliés où l'urbanisme difficilement gérable occupe une bonne place. La décennie de malheurs qui a enfanté un exode humain déboussolé a fait installer des populations par milliers dans des antres susceptibles de se transformer en caveaux au moindre toussotement d'une nature traîtresse. A Oran, pour ne citer que cet exemple, des milliers de familles se sont fixées sur le flanc d'une montagne argileuse volontaire pour le moindre affaissement dramatique. La disponibilité trop bienveillante des autorités locales à recaser les habitants et les largesses octroyées au monde de l'immobilier continuent de recevoir une fin de non-recevoir d'une nature revêche heureuse de profiter des déboires et des inconséquences humaines.
Depuis toujours, les plans Orsec n'ont été que des palliatifs une fois que les drames se produisent car de tout temps, l'activation obligée des secours n'a pas cédé un pouce à la prévention. Il est certain que c'est aussi le cas à New York.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.