Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 09 - 2021

Le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires (TIAN), signé par l'Algérie, «comporte des obligations qui peuvent être très utiles» pour la décontamination des sites des essais nucléaires français effectués à Reggane et In Ekker dans le Sahara algérien, a affirmé l'expert en nucléaire, Remki Merzak, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires. Selon cet ex-Commissaire à l'Energie atomique, cité par l'Aps, le TIAN constitue «le cadre idéal pour entamer la mise en œuvre notamment des dispositions contenues dans ses articles 6 et 7 qui sont considérées comme des obligations positives». L'article 6 du TIAN stipule que «les Etats parties -notamment ceux qui ont réalisé des essais nucléaires- s'engagent à fournir une assistance adéquate aux victimes de l'utilisation ou des essais d'armes nucléaires, remettre en état l'environnement des zones affectées par l'utilisation ou les essais d'armes nucléaires». L'article 7 prévoit également que «les Etats parties s'engagent à coopérer et fournir une assistance internationale pour soutenir la mise en œuvre du traité».
Pour l'intervenant, «en vertu de ces dispositions, et en plus d'une coopération bilatérale avec la France, dont la responsabilité de la contamination du territoire algérien doit être assumée au regard du droit international, une assistance internationale peut être demandée par notre pays auprès d'organismes compétents tels que l'Agence internationale de l'énergie atomique, qui a déjà participé dans le cadre de la coopération technique à un travail d'évaluation radiologique préliminaire des sites d'essais à la fin des années 90". M. Remki rappelle également l'Accord intergouvernemental de coopération pour le développement et les utilisations pacifiques de l'énergie nucléaire, d'une durée de 20 ans, signé entre l'Algérie et la France le 21 juin 2008 et qui «peut servir de cadre pour les institutions spécialisées des deux pays pour coopérer dans ce domaine». «L'Algérie et la France doivent unir leurs efforts», a-t-il ajouté, appelant à recourir à «l'expertise technique d'autres organismes internationaux compétents, pour localiser avec précision les lieux d'enfouissement des déchets nucléaires, trouver des solutions appropriées à la réhabilitation définitive des sites contaminés et mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires pour la protection des populations concernées, de l'environnement, des ressources hydriques, de la faune et de la flore».
Pour une élimination totale des armes nucléaires
M. Remki a rappelé que l'Algérie, qui a toujours œuvré en faveur du désarmement, de la maîtrise des armements et de la non-prolifération de tous les types d'armes de destruction massive, «a adhéré très tôt» au Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE) en le signant le 15 octobre 1996 et en déposant son instrument de ratification le 11 juillet 2003. L'Algérie a été également parmi les premiers pays à avoir signé le TIAN, à entamer son processus de ratification, a-t-il ajouté, faisant remarquer que ce traité a été adopté sous la supervision de l'Algérie qui assumait alors la présidence de la première Commission de l'Assemblée générale de l'ONU en 2017. Pour rappel, en recevant le général d'armée, François Lecointre, chef d'état-major des Armées françaises le 8 avril dernier, le général de corps d'armée Saïd Chanegriha, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), a évoqué «la problématique liée à la réhabilitation des deux anciens sites d'essais nucléaires français, à Reggane et In-Ikker». «Je tiens à évoquer la problématique des négociations, au sein du groupe algéro-français, au sujet des anciens sites d'essais nucléaires et des autres essais au Sahara algérien, où nous attendons votre soutien, lors de la 17ème session du groupe mixte algéro-français, prévue en mai 2021, pour la prise en charge définitive des opérations de réhabilitation des sites de Reggane et In Ekker, ainsi que votre assistance pour nous fournir les cartes topographiques permettant la localisation des zones d'enfouissement, non découvertes à ce jour, des déchets contaminés, radioactifs ou chimiques», avait-il affirmé.
L'expert a en outre rappelé que le réacteur nucléaire Essalam, situé à Birine dans la wilaya de Djelfa, avait fait l'objet, dans les années 90, d'une campagne calomnieuse quant à la finalité du programme nucléaire pacifique de notre pays. Dans un souci de transparence, a-t-il poursuivi, et «pour lever toute équivoque quant au bien-fondé de la position de notre pays sur les questions de non-prolifération, plusieurs ambassadeurs de pays accrédités à Alger et notamment ceux des pays occidentaux ont été invités par les autorités algériennes à participer -sur le site même du réacteur- à cette cérémonie et à visiter l'installation nucléaire».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.