153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La décontamination en débat
Sites des essais nucléaires français en Algérie
Publié dans L'Expression le 26 - 09 - 2021


Le monde célèbre, aujourd'hui, la Journée internationale pour l'élimination des armes nucléaires Une des pages les plus tragiques de l'histoire coloniale que l'Algérie et la France ont en partage s'ouvre à nouveau. Le dossier des essais nucléaires français refait surface. L'autre face, barbare, de la guerre d'Algérie, est remise sous les feux de l'actualité. À travers les essais nucléaires menés au Sahara algérien dans les années soixante. Des voix continuent de s'élever, cette fois-ci d'Algérie pour procéder à la décontamination des sites. Le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires (Tian), signé par l'Algérie, «comporte des obligations qui peuvent être très utiles» pour la décontamination des sites des essais nucléaires français effectués dans le Sahara algérien, a affirmé l'expert en nucléaire, Remki Merzak. «En ce qui concerne l'Algérie, et une fois ratifié, le Traité comporte des obligations qui peuvent être très utiles pour le traitement de la question des sites d'essais nucléaires français effectués à Reggane et In Ekker», a-t-il souligné dans une contribution publiée à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires qui est célébrée le 26 septembre de chaque année. Le TIAN constitue «le cadre idéal pour entamer la mise en oeuvre, notamment des dispositions contenues dans ses articles 6 et 7 qui sont considérées comme des obligations positives», assure cet ex- commissaire à l'énergie atomique. Que disent ces deux articles? L'article 6 de ce traité stipule que les Etats parties - notamment ceux qui ont réalisé des essais nucléaires - s'engagent à fournir une assistance adéquate aux victimes de l'utilisation ou des essais d'armes nucléaires, remettre en état l'environnement des zones affectées par l'utilisation ou les essais d'armes nucléaires», quant à l'article 7, il prévoit,également, que «les Etats parties s'engagent à coopérer et fournir une assistance internationale pour soutenir la mise en oeuvre du traité. «En vertu donc de ces dispositions, et en plus d'une coopération bilatérale avec la France, dont la responsabilité de la contamination du territoire algérien doit être assumée au regard du droit international, une assistance internationale peut être demandée par notre pays auprès d'organismes compétents tels que l'Agence internationale de l'énergie atomique, qui a déjà participé dans le cadre de la coopération technique à un travail d'évaluation radiologique préliminaire des sites d'essais à la fin des années 90», conclut Remki Merzak. Il faut rappeler que le gouvernement français avait été interpellé par d'autres voix qui se sont élevées de l'autre côté de la Méditerranée pour assumer un passif qui n'a fait qu'exacerber les relations entre l'Hexagone et son ancienne colonie. Le directeur de l'Observatoire des armements en France, Patrice Bouveret, avait recommandé le «rapatriement» et le «traitement en France» des déchets radioactifs provenant des essais nucléaires effectués par l'ancienne force coloniale dans le Sud algérien dans les années 1960. «Des équipes spécialisées doivent aller sur place et entamer ce nettoyage» avait-il recommandé dans un entretien accordé au journal Libération qui avait consacré tout un dossier aux essais nucléaires français.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.