Retour des supporters dans les stades : Le grand cafouillage !    BF : la descente aux enfers    les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Croissance factice    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    relâchement au match retour    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    Les douanes sont-elles des passoires?    La renaissance    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    La rengaine du chantage    Une loi pour protéger les institutions    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Des listes passées à la moulinette    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tébessa: Un site en quête d'aménagement
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 09 - 2021

Une histoire, plusieurs fois millénaire, aujourd'hui reléguée au second plan, d'un semblant projet de tourisme culturel, mal défini et très peu mis en valeur. Nous voulons parler de l'un des nombreux sites archéologiques que recèle la région de Tébessa, Gastel en l'occurrence.
Situé à une vingtaine de km au nord-est du chef-lieu, Gastel semble être hors du temps, du moins de l'intérêt de certains. Un site datant de la préhistoire, quelque peu préservé, là où les Romains ont érigé des édifices, un endroit connu pour ses nombreuses sources d'eau, dans cette région d'Aïn Zerga. Le pont romain enjambant oued Gastel, les grottes au nombre de 36, donnant l'accès aux chambres funéraires taillées dans la roche. De nos jours, Gastel est cité vaguement dans un tourisme local qui n'arrive pas à décoller. Gastel demeure méconnu pour beaucoup, sauf peut-être pour quelques familles, lors de sortie de villégiature, en dépit du manque de moyens d'accueil, même pas un aménagement du site, une route goudronnée, une dotation en équipement de divertissement.
Et la question est pourquoi ne pas remettre sur selle, une région rurale à vocation agricole; ici, on produit des fruits et légumes, disent les habitants de Gastel.
Les dolmens mégalithiques et les gravures rupestres dans ce massif d'El Dyr font rêver les passionnés d'histoire et d'art pour la beauté et la richesse du paysage. A Gastel, comme Berzguene, Tébessa el khalia (la déserte), Tazbent, oued Djebana ou encore le parc archéologique bled El Hadba, le village pittoresque de Youkous, Negrine, les sites naturels ou archéologiques sont dans l'attente d'un plan de valorisation, faisant d'eux une source à valeur économique ajoutée, si toutefois, on parvient à redéfinir les contours d'un tourisme local bien charpenté autour d'un investissement dans le secteur.
A ce moment-là, on reparlera de Gastel et d'autres, pour leur apport dans la reconnaissance historique et culturelle de la région de ce prolongement de la chaîne montagneuse Aurès-Nememchas, jusqu'aux confins de nos frontières terrestres de l'Est.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.