Micro-entreprises: Tebboune ordonne l'organisation d'un salon international début 2022    Tebboune valorise l'amélioration du débit internet réalisée depuis 2020    Le Cameroun dans l'incertitude    Ligue 1 (6e journée) : L'O Médéa nouveau leader    Real : Benzema donne de ses nouvelles    Championnat d'Afrique de karaté : 10 Algériens en finales et 13 médailles décrochées    Des vents forts sur des wilayas côtières de l'Est du pays lundi    Crisis Group: Washington doit intégrer dans son discours le droit des Sahraouis à l'autodétermination    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Coupe arabe 2021 de la Fifa: L'Egypte et l'Algérie ont réalisé de belle prestations    Affaire Fethi Ghares : Procès reporté au 12 décembre    Est-ce la fin des mesures de rétention contre le Liban ?    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Pourquoi ça bloque    Le difficile démarrage    Sit-in des bénéficiaires des logements AADL    Le président Tebboune préside aujourd'hui une réunion    Le Ballon d'Or 2020 finalement attribué à Lewandowski ?    "Notre participation a été un succès"    La construction de logements en plein boom    Ce qui va changer pour voyager en France    Plus de 240 enfants handicapés accueillis par les établissements spécialisés    Le moudjahid Hadj Ziane Mohamedi n'est plus    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    Unifier les efforts pour lutter contre le terrorisme    Les Canaris s'entraînent enfin à... l'ESHRA    Résultats    Démantèlement d'une bande de trafiquants de psychotropes    Plus de 390 tonnes de produits alimentaires saisis dans un dépôt non déclaré    Repêchage du corps emporté par les eaux pluviales à Mediouna    La légende Saïd Mekbel    Le coup d'envoi demain à Boumerdès    Avant-première de Sœurs de Yamina Benguigui à Tunis    L'attaque dans le centre du Mali, une atteinte grave aux droits de l'Homme    Fiesta «flamenca»    Visite d'une délégation de diplomates et ministres africains et arabes    La colère de Tebboune    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    Des bombes livrées en 2016 à l'Arabie et aux Emirats par la France    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    Une nouvelle génération des démocrates    La rupture?    Des blocages partout    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Plus de 1.200 objets issus du film mis en vente    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Arbitrage - IFAB: Le hors-jeu toujours en débats
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 10 - 2021

On en a encore en mémoire la polémique déclenchée par l'arbitre anglais Anthony Taylor, qui a validé le but de M'bappé contre l'Espagne, bien que ce dernier ait été en nette position de hors-jeu, confirmé par le VAR.
Aux contestations des Espagnols, le referee a rétorqué que l'intervention du défenseur espagnol Garcia, en touchant le ballon, a remis en situation légale le buteur du Paris SG. La loi stipule « qu'un joueur qui reçoit un ballon joué délibérément par un adversaire n'est pas considéré tirant un avantage de sa position, sauf en cas de « sauvetage » délibéré par un adversaire. Effectuer un « sauvetage » consiste à intercepter le ballon qui se dirige vers le but avec n'importe qu'elle partie du corps, à l'exception des mains et des bras ». En revoyant l'action, il semble que Garcia est dans ce cas de figure. L'arbitre a considéré que le défenseur du Barça n'était pas dans une situation de « sauvetage », en précisant que M'bappé ne gênait pas Garcia dans cette action. Le referee anglais s'est appuyé sur ce point du règlement adopté par l'IFAB pour accorder le but.
Quelles solutions ?
Du côté espagnol, ce fut bien évidemment une levée de boucliers criant à l'injustice. Les médias ont estimé que l'action de Garcia à propos du « sauvetage » délibéré devait être prise en compte par l'arbitre. La polémique a enflé, un journal madrilène titrant même dans sa Une : « Ils sont en train de bousiller le football », accusant certains directeurs de jeu et l'IFAB d'avoir introduit cette précision. Par ailleurs, les Espagnols ont reproché à l'arbitre d'avoir ignoré une « main » du défenseur français Koundé dans la surface à la 30e minute. Questionné à propos de cette affaire, l'ancien arbitre international Roberto Rosetti, responsable de l'arbitrage au sein de l'UEFA, a affirmé : « Ce cas nous montre que l'interprétation actuelle de la loi semble être en conflit avec l'esprit de la loi elle-même, qui est d'empêcher tout joueur de tirer avantage de sa position de hors-jeu. L'avis de l'UEFA est qu'il est possible d'améliorer la formulation pour la rendre conforme à l'objectif de la loi XI et à l'esprit du jeu », a indiqué Rosetti. D'ailleurs, alerté par cette polémique, l'expert italien a précisé avoir pris contact avec la FIFA et avec l'IFAB pour proposer des solutions lors de la prochaine réunion du groupe consultatif technique de l'IFAB qui se tiendra le mercredi prochain. Si l'objectif de l'IFAB est de contribuer à favoriser l'offensive du jeu, à notre humble avis, elle devrait revoir le barème des sanctions concernant les fautes grossières, comme les coups de coude au visage, le ceinturage des maillots de l'adversaire. Un simple carton jaune ne dissuade pas les fautifs qui continuent à commettre les infractions pour entraver les actions de l'adversaire, étant convaincus qu'ils commettent des fautes utiles à leurs équipes, et que la sanction, un carton jaune, est préférable à un but encaissé. Ils savent aussi que des arbitres s'abstiennent de brandir le carton jaune. Il y a quelques années, des instructions ont été données aux arbitres assistants de ne pas lever leur drapeau au départ du hors-jeu. Or, la plupart d'entre eux font de l'excès de zèle en courant vers le poteau de corner, ce qui met dans l'embarras l'arbitre central. Parfois, l'action se poursuit et, après les contestations de l'équipe adverse, c'est l'arrêt du match et le recours au VAR. Force est de reconnaître que l'ancienne prescription était bien meilleure puisqu'il est conseillé que « pour éviter toute contestation, l'arbitre doit sanctionner le hors-jeu le plus rapidement possible ». Il faut rappeler que l'ancien président de l'UEFA, Michel Platini, a combattu de toutes ses forces l'introduction de la VAR, estimant que l'arbitrage doit rester une activité humaine et non celle d'un robot.
La loi XI, difficile ou incomplète ?
Actuellement, les arbitres sont dans une sorte de confusion alors qu'ils doivent prendre une décision immédiatement, ce que l'arbitre anglais a fait. Il s'agit donc d'une question d'interprétation. Faut-il appliquer la règle dans toute sa rigueur ou tenir compte de l'esprit de la loi XI ? Il faudra sans doute attendre une nouvelle application électronique comme celle du but marqué ou non, le « bip » du bracelet de l'arbitre central étant un indicateur infaillible. Depuis, les contestations des joueurs ont cessé à propos de ces situations, clairement décrites dans la loi IX (ballon en jeu et hors du jeu) et la loi X (but marqué). Ce qui a de positif dans cette affaire, c'est qu'elle a suscité des réactions officielles et va obliger les législateurs de l'IFAB à spécifier plus clairement de nouvelles prescriptions pour que les imbroglios ne se répètent pas. De tout temps, la loi XI est considérée comme la plus difficile à appliquer, à tel point que l'auteur d'un manuel d'arbitrage a écrit à propos du hors-jeu : « C'est une image fuyante. Ballon joué, partenaire jugé. Pas facile cet instantané de photo » !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.