Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Observateur désintéressé !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 11 - 2021

Comment et où se recrutent les observateurs des listes de candidats en lice aux élections locales du 27 novembre 2021, ou à toute élection passée et prochaine ? Cela peut échapper aux personnes non concernées, mais il s'agit d'un véritable casse-tête pour les formations politiques et les candidats indépendants qui participent à l'élection. Dans un cadre politique harmonieux, conforme aux activités et à l'existence même d'un parti politique, le problème ne se pose pas, du moment que la mission d'observateur dans les centres et les bureaux de vote, pour s'assurer de la régularité du scrutin et recevoir à la fermeture de ces bureaux les procès-verbaux des résultats, est automatiquement confiée aux fidèles militants, qui possèdent en toute logique chacun sa carte d'électeur.
Ces derniers, en tant que membres d'un groupe politique, déploient toute leur énergie, d'une manière naturelle et bénévole, pour garantir la victoire des candidats présentés par le parti. Un sacrifice politique qui fait partie intégrante du militantisme dans les rangs de tout parti politique, qui puise son financement exclusivement des cotisations de ses membres et autres militants et sympathisants. Hélas, dans la déliquescence de la scène politique, ces règles, normalement d'une évidence incrustée dans le décor ambiant de la vie des partis politiques, n'ont pas droit de cité. A l'exception de deux ou trois formations politiques, tout le reste se retrouve en temps d'élection dans de sales draps pour financer la campagne électorale d'une manière générale, et particulièrement pour recruter les observateurs le jour «J», afin d'avoir un œil vigilant sur la régularité du déroulement du scrutin. Sans base militante réelle, les partis et les candidats doivent se démener pour trouver des observateurs contre rémunération de la journée de travail. Des personnes parfois totalement désintéressées du vote, qui ne consentent à assumer ce rôle d'observateur que pour encaisser l'indemnité financière, dont le montant peut varier d'une place à une autre. Souvent, donc, ces observateurs n'ont même pas de carte d'électeur.
D'où l'absurdité de la position de ces observateurs, qui se retrouvent mêlés de très près à une opération de vote sans y participer sérieusement. Cela a-t-il posé un problème au niveau de leur accréditation, selon des comptes rendus médiatiques, pour que l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) intervienne afin de clarifier la situation, et affirmer qu'elle n'exigeait pas la carte d'électeur au niveau de la circonscription électorale pour l'accréditation des observateurs des listes en lice ? Précisant dans ce sens que «la liste des observateurs déposée au niveau de la délégation de wilaya de l'ANIE doit comporter uniquement les renseignements de la personne habilitée à cet effet». Comment pourrait-on, en effet, exiger une carte d'électeur pour l'accréditation des observateurs des listes candidates, qui limiterait considérablement le nombre de ces représentants des candidats, quand leur présence dans les bureaux de vote fait partie des gages de crédibilité, de transparence et de régularité du scrutin ? Par pragmatisme, la liberté est accordée aux listes candidates dans le choix de leurs observateurs, même si ces derniers, les sans cartes de vote parmi eux, n'ont pas la capacité de donner leur voix en faveur de ceux qui leur ont fait endosser ce rôle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.