Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Offensive diplomatique contre la Cédéao    Plus de 30 personnes renvoyées devant la justice panaméenne    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le match CSC-JSK décalé de 24 heures    Les secrets du président de la FIFA...    Formation accélérée pour l'obtention de la licence CAF C et B    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Dans l'attente de déterminer le mode d'enseignement    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    Zahia Ziouani au micro de Maya ? J'adore ! Vraiment !    La Chine émet une alerte jaune aux tempêtes de neige    Le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Le taux de chômage inférieur à celui de l'avant-pandémie    L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors va investir 23 mds EUR dans l'électrification sur 5 ans    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Une catastrophe environnementale et sanitaire évitée à Oran Est: L'APC d'Oran a décidé de porter plainte contre X    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Brèves Omnisports    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    La Sadeg améliore sa desserte    «Le pays est toujours ciblé»    Pénurie de... soldats!    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Les preuves du complot    Les APC sans majorité absolue débloquées    Lotfi Benbahmed rassure    Le temps de l'efficacité    Messi penserait à un retour au Barça    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    Les avocats mettent fin à leur grève    14 candidats en lice pour un siège de sénateur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Montée des périls au Sahel
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 11 - 2021


Qui a peur du groupe Wagner, cette force paramilitaire constituée de mercenaires jamais reconnue par les autorités russes ? Les Européens, les Français en particulier et les Américains sont très allergiques au groupe Wagner, qu'ils ne cessent de harceler sur les champs de bataille à travers plusieurs régions chaudes du globe. Les Français, quand ils ont compris qu'un accord entre les autorités maliennes et le groupe Wagner est sur le point d'être conclu après le retrait de leur force militaire anti-insurrectionnelle «Barkhane» du nord du Mali, se sont débattus dans tous les sens pour faire barrage à l'arrivée des russes dans cette région, considérée comme une chasse gardée de la France. Consentant à un rôle accru de l'Algérie au Mali plutôt que de voir les Russes s'installer dans cette région, jusque-là zone dans son prolongement sahélien dominée par les Européens et les Américains. Malgré la crise qui secoue les relations entre les deux pays, la France ne voit, désormais, que des avantages à ce que l'Algérie s'inscrive plus fortement encore dans la mise en œuvre de l'accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger, qui a été conclu en 2015, selon le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Tout mais pas de Russes au Mali ? Ou serait-ce un message à l'Algérie pour ne donner aucun soutien au groupe Wagner pour s'installer au Mali, en contrepartie d'un soutien fort à l'application des accords d'Alger, défendus avec ardeur par les autorités algériennes, voire considérés comme la solution la plus efficace pour mettre fin au conflit malien ? Ce n'est pas une première apparition du groupe Wagner au Mali, car auparavant, ses éléments étaient signalés à la frontière de l'Ukraine en appui aux séparatistes ukrainiens, en Syrie aux côtés des forces militaires gouvernementales, en Libye en soutien aux combattants du maréchal Haftar, en République centrafricaine et jusqu'en Amérique du Sud, mais son arrivée au Mali menace d'énormes intérêts occidentaux. Se mettant de la partie, le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, a clairement mis en garde le groupe Wagner contre toute ingérence au Mali. En visite au Sénégal, samedi 20 novembre, Antony Blinken a déclaré que les Etats-Unis contribuent à la stabilité du Mali et qu'il serait «malheureux si des acteurs étrangers s'engageaient en rendant les choses encore plus difficiles et plus compliquées dans ce pays, et je pense en particulier au groupe Wagner», a-t-il déclaré devant la presse. Pourtant, les Etats-Unis ont été l'une des premières puissances à recourir au service d'une «armée privée», en l'occurrence ‘Blackwater', qui a été engagée à fond dans des conflits en Irak, en Afghanistan et même en Ukraine (face à Wagner), provoquant d'énormes scandales dans l'impunité totale, sans que quiconque n'ait trouvé à redire. Dans cet environnement conflictuel autour de la suprématie militaire au Mali et les régions riveraines au Sud, dont le sous-sol regorge de richesses naturelle, les ministres français des Affaires étrangères et des Armées ont, lors d'un entretien à Paris le 12 novembre avec leurs homologues russes, «exprimé le caractère inacceptable que revêtirait le déploiement de mercenaires de Wagner dans la bande sahélo-saharienne», selon un communiqué du Quai d'Orsay. Des menaces à peines voilées qui exposent la région, déjà sous la menace terroriste, à plus de périls encore.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.