Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Climat ombrageux ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 11 - 2021

La création d'une inspection générale qui sera mise sous tutelle de la présidence de la République afin de «contrôler l'activité des responsables» conduit à se poser des questions sur sa composante. Qui sera élu à cette fonction dotée d'un pouvoir immense? Ils seront une cinquantaine ou une soixantaine d'inspecteurs à sillonner le territoire national, indique le président de la République lors d'une rencontre périodique, diffusée vendredi dernier, avec des représentants de la presse nationale, avec pour objectif principal la création d'une inspection générale rattachée à la présidence de la République et dont le rôle consiste à contrôler le travail et les activités des responsables.
La mission des inspecteurs de cette structure consistera à rencontrer et discuter avec les citoyens pour s'enquérir de ce qui a été entrepris et réalisé afin d'assurer le suivi de l'application des décisions, selon les éclaircissements données par le président de la République, qui ajoutera dans cette optique que des citoyens se sont plaints de la non application des décisions prises par le gouvernement qui applique le programme du président de la République.
Des ministres, des walis et d'autres responsables casés dans des grades intermédiaires, qui n'en faisaient qu'à leurs têtes, ont été dégommés, mais sans rendre compte de leur comportement pour que l'opinion sache pourquoi ces responsables foulent aux pieds les décisions du gouvernement.
La création de cette inspection générale pourrait répondre à ces soucis de détection et de clarification des motivations de ces responsables qui cassent la dynamique du gouvernement.
Mais, bien sûr, le succès dans le travail de ces cinquante ou soixante inspecteurs exige des critères de compétence et d'incorruptibilité. Sûrement, aussi, que la présidence aura d'autres moyens pour recouper les informations et s'assurer de leur justesse, mais dans l'ensemble tout repose sur une méthodologie administrative dénuée de toute dimension politique, indispensable en matière de gestion des affaires publiques, d'application d'un programme présidentiel, avec des relais nourris de motivations politiques et leur application sur le terrain.
La mission de contrôle administratif est fort utile, mais sans l'engagement de cadres politiques patriotiques et une société civile autant motivée par l'intérêt des citoyens, l'équilibre serait difficile à atteindre. Et puis, avec la multiplication des organes de contrôle administratif, ne risque-t-on pas de créer un climat ombrageux plus malsain que les abus des responsables ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.