JM / Athlétisme (relais 4x400m) : l'Italie disqualifiée, perd la médaille d'argent au profit de la Turquie    Barça : Bonne nouvelle pour Gavi    Bayern : Gnabry dans le viseur des clubs de Manchester    Drame de Melilla: Le Premier ministre espagnol charge le Maroc    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Boxe - FAB: Lorsque le sport casse les tabous    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    La cohésion sociale : socle de la véritable citoyenneté    Tebboune à coeur ouvert    «Vous avez une bataille à mener»    Un petit tour et puis s'en vont    Ronaldo, des cadors européens et Naples sur les rangs    Contacts établis avec Ziyech    En dents de scie    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    La bataille vitale que les jeunes doivent mener est celle de la conscience    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Université: Plus de 5 millions de diplômés formés en 60 ans    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Hydrocarbures: 4,4 mds USD consentis par Sonatrach dans l'exploration-production en 2021    Canicule annoncée lundi, sur plusieurs wilayas du pays    Le ministère de la Santé appelle au respect des mesures de prévention durant l'Aïd El-Adha    Président libanais: le Sommet arabe d'Alger revêt une importance capitale    Migrants tués par la police marocaine: "le Maroc essaie d'effacer les preuves de la tragédie"    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    Les déchets ménagers inquiètent    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    Béjaïa en fête    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A quels scénarios s'attendre ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 05 - 2022

Les discussions, assez avancées, à propos de l'adhésion de la Finlande et la Suède à l'Otan reflètent-elles vraiment un échec de Poutine et une consolation, aussi maigre soit-elle, pour les Occidentaux ? L'opération militaire engagée par la Russie en Ukraine a complètement bouleversé l'Europe, et le monde, changeant profondément les opinions des populations de pays voisins directs de la Russie, particulièrement les pays nordiques. La Finlande, qui partage avec la Russie une longue frontière de 1 340 kilomètres, semble plus que jamais pressée de conclure son adhésion à l'Otan depuis l'éclatement de la guerre en Ukraine. Avant le 24 février, à peine 20 % des finlandais souhaitaient une adhésion à l'Otan, et après cette date, ils sont plus de 65 % de voix favorables à cette adhésion.
Selon les informations en circulation, les autorités finlandaises ont entamé les démarches de l'adhésion de leur pays à l'Otan en mars dernier, en se rendant aux Etats-Unis où les discussions à ce sujet ont été sérieusement engagées à la Maison Blanche. On voit bien que ce dossier n'a pas été ouvert hier, mais sa médiatisation outrancière, elle, ne remonte qu'à ces trois derniers jours. Pourquoi maintenant ? Cherche-t-on à perturber la concentration des Russes sur le front ukrainien ? L'insécurité ambiante et la peur de voir un jour la Russie se tourner contre eux, a poussé les gouvernements finlandais et suédois à faire ce choix, qui n'était pas à l'ordre depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. L'attaque militaire russe contre l'Ukraine a-t-elle fait sauter la vieille neutralité finlandaise ? A vrai dire, la neutralité de ces deux pays a pris fin en 1995, à la suite de leur adhésion à l'Union européenne et la ratification dans ce sillage des clauses de sécurité du traité de l'UE. Et si la Finlande et la Suède sont assurées de bénéficier de ces clauses de sécurité liant les pays de l'UE, soit une défense commune et solidaire en cas de menace militaire contre l'un des pays membres, pourquoi alors a-t-on besoin du parapluie de l'Otan ? Peut être à cause du fait que l'Europe n'a pas encore bien mis en place cette stratégie de défense commune, et c'est pour cette raison que les autres membres de l'UE sont presque tous membres de l'Otan, sauf Malte, Chypre, l'Autriche et l'Irlande, et bénéficient de la garantie de défense du traité de l'Otan. Deux pays en quête de protection, poussés par la Russie dans le giron de l'Otan dans le sillage de son ‘opération militaire spéciale' en Ukraine ? Bien évidemment que cette adhésion dérangerait la Russie, qui a déployé ses troupes militaires en Ukraine pour prévenir, précisément, l'extension de l'Otan à ses frontières. Est-ce à dire, les mêmes causes produisant les mêmes effets, que la Russie va agir de la même façon avec ces deux nordiques ?
De toute évidence, la Finlande et la Suède ne sont pas l'Ukraine, qui est la deuxième république fédérée de l'ex-URSS par sa population. La symbolique, en sus de l'importance géostratégique de cette région, ne sont plus à souligner pour la Russie. La situation reste toutefois ouverte à tous les scénarios. En attendant l'officialisation de la demande d'adhésion de la Finlande et la Suède à l'Alliance atlantique, la Turquie (membre de l'Otan depuis 1952) vient jouer le trouble-fête, affichant son opposition à ce projet (un seul membre de l'Otan peut bloquer toute demande d'adhésion), accusant ces deux pays d'être des «maisons d'hôte pour organisations terroristes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.