Barça : Bonne nouvelle pour Gavi    Bayern : Gnabry dans le viseur des clubs de Manchester    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Drame de Melilla: Le Premier ministre espagnol charge le Maroc    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Boxe - FAB: Lorsque le sport casse les tabous    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    La longue marche...    La cohésion sociale : socle de la véritable citoyenneté    Tebboune à coeur ouvert    Un petit tour et puis s'en vont    Ronaldo, des cadors européens et Naples sur les rangs    Contacts établis avec Ziyech    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    La bataille vitale que les jeunes doivent mener est celle de la conscience    JM: médaille d'or pour le nageur Syoud    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Université: Plus de 5 millions de diplômés formés en 60 ans    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Hydrocarbures: 4,4 mds USD consentis par Sonatrach dans l'exploration-production en 2021    Canicule annoncée lundi, sur plusieurs wilayas du pays    Le ministère de la Santé appelle au respect des mesures de prévention durant l'Aïd El-Adha    Président libanais: le Sommet arabe d'Alger revêt une importance capitale    Migrants tués par la police marocaine: "le Maroc essaie d'effacer les preuves de la tragédie"    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    Les déchets ménagers inquiètent    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    Béjaïa en fête    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ligue 1: Un championnat professionnel dites-vous ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 05 - 2022

Ces dernières semaines, les observateurs ont remarqué la nette baisse du niveau de jeu pratiqué par la majorité des équipes, ainsi que des résultats pour le moins surprenants, surtout dans la deuxième partie du tableau.
On en déduit que certaines formations, consciemment ou non, sont en train «de liquider les affaires courantes», comme s'il s'agissait d'une corvée. Comme le CRB qui, se voyant déjà champion, a lâché du lest, au bénéfice des équipes menacées, comme le RCA. Il existe cependant un autre visage de cette situation. Si tous les acteurs du match PAC-JSS font preuve d'objectivité, ils ne seront pas surpris par notre jugement. N'ayons pas peur des mots. Nous avons assisté à une parodie du football, dans tout ce que ce dernier nous réserve parfois.
Pour donner une idée sur une rencontre déplaisante de bout en bout, il suffit de relever le nombre impressionnant de coups francs sifflés par l'arbitre Mechairia : 33 en première mi-temps et 28 en seconde période avec, en sus, des blessures et l'évacuation d'un joueur par une ambulance. Avec le referee, ce sont les soigneurs et les agents de la protection civile qui ont du travail vendredi après-midi au stade Dar El-Beïda. Le jeu est passé au second plan, car les fautes, des deux côtés, étaient intentionnelles. Et pourtant, et jusqu'à preuve du contraire, la JSS et le PAC font partie du lot des meilleures formations de la Ligue 1 comme l'indique leur présence en haut du tableau. Comment expliquer une telle caricature du football de la part de joueurs cotés et expérimentés ?
D'aucuns diront que c'est la pression de la dernière ligne droite où chaque point vaut son pesant d'or, chaque équipe pour une compétition continentale ou arabe. Mais même cet objectif n'autorise pas de telles infractions aux lois du jeu à longueur d'un match à mettre rapidement aux oubliettes par les amoureux du vrai football. Car il va sans dire que les acteurs des deux camps n'ont eu aucune retenue à commettre des fautes et même, pour certains, à s'adonner à des simulations. Dans ce genre de situation, et étant donné que les arbitres ont effectué correctement leur travail, c'était aux deux entraîneurs d'intervenir pour mettre fin à ces combats physiques pour le moins inhabituels chez ces deux équipes.
Comme d'habitude, nous avons comptabilisé les occasions et les corners. La lecture de ces deux paramètres aboutit aux conclusions suivantes. Chaque équipe a eu ses moments forts. En première mi-temps, les Pacistes ont eu plus d'opportunités, mais la balance s'est inversée en seconde période en faveur des Bécharis avec une pléiade de corners. Le seul but du match a été un «CSC» sur une offensive paciste, ce qui constitue tout un symbole d'une rencontre déplaisante pour les connaisseurs. A égalité de points, la JSS aura l'opportunité de doubler le PAC à la faveur de son match en retard. Espérons, cette fois, avec une tout autre manière que celle démontrée face au PAC.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.