"Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Grazie Meloni !    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Une sérieuse alerte    La contre-attaque par les chiffres    Tension sur le lait infantile    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    «La confiance du peuple a un coût»    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    «Le consensus est une exigence historique»    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Signature de deux accords entre les ministères de l'Enseignement supérieur et de l'Economie de la connaissance    La jeunesse algérienne consciente des questions décisives de l'heure    Situation au Burkina Faso: le Ministère des Affaires étrangères suit de près la situation des membres de la communauté algérienne dans ce pays    Tébessa : ouverture du premier forum des jeunes d'Algérie    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    La Guinée se voit retirer l'organisation de la CAN 2025    6e édition du REVADE: plus de 80 opérateurs attendus du 10 au 13 octobre    Près de 186.000 agriculteurs ont bénéficié de contrats de concession à l'échelle nationale    Le Président Tebboune préside dimanche une réunion du Conseil des ministres    Université: batterie de mesures pour améliorer l'enseignement et la recherche    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Algérie-France: Consultations entre les deux pays    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le diagnostic doit être prématuré    Les chiffres de l'ANP    De la cocaïne à profusion    Mouloudji prend part à la conférence de l'UNESCO "MONDIACULT 2022"    Impératif soutien médiatique à la Palestine face à la propagande et à l'occupation sionistes    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Etres pensants et animalité
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 08 - 2022

La Sierra Leone est un pays africain si discret que l'on n'entendait jamais parler de lui si ce n'est par de bribes nouvelles au cours d'une manifestation footballistique. Ce week-end, il vient de se mettre au devant de l'actualité par un soulèvement populaire soldé par des dizaines de morts. Coincé au nord-est du continent africain entre la Guinée et le Libéria, son histoire n'est connue que par la traite esclavagiste de la fin du 18ème siècle et l'extrême pauvreté de son peuple aujourd'hui.
Les graves émeutes survenues mercredi dernier causant des morts et des blessés sont un événement à mettre au diapason de la circonvolution du véritable drame qui assaille sans distinction le monde entier.
Tous les soulèvements populaires n'épargnant aucune contrée sont la manifestation d'une extrême mal-vie qu'amplifie la forte rébellion d'une nature qui tend de plus en plus à empêcher la Terre de tourner.
Dans une folie meurtrière, l'aridité et la sécheresse se liguent dans un mariage contre nature avec des inondations catastrophiques pour démontrer que la vie terrestre n'obéit plus à aucune logique existentielle. Le dérèglement phénoménal partout dans le monde a effacé l'apparente et très relative bienséance humaine pour donner libre cours à toutes les formes d'intégrisme et pour que les tueries deviennent peu à peu des génocides.
Ces derniers jours, un incendie dans une église égyptienne a fait 55 morts. Des pluies diluviennes et des inondations ont causé 77 morts au Yémen, 14 en Corée du Sud, 52 au Soudan, 28 au Guatemala. La liste des catastrophes en ces dernières heures est très exhaustive pour parachever l'hécatombe des 660 000 hectares de forêts européennes calcinés.
D'un côté après la pandémie, les inondations et les incendies font des ravages.
D'un autre l'extraordinaire débilité humaine s'est transformée en sauvagerie pour que paradoxalement seules les tueries généralisées donnent un sens à la vie.
C'est à croire que la Terre est devenue four et brasier pour laisser penser que maintenant les êtres pensants ont largement dépassé le stade de l'animalité. Malgré eux ou voulu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.