Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Ghannouchi sur le départ ?    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Jusqu'à 46 degrés sur l'Ouest et le Centre    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Antony Blinken au Rwanda    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    On s'organise comme on peut    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Zefizef «corrige» Lekjaâ    Un fleuron pour l'excellence technologique    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    L'édition du retour...    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Wanda Nara sort la sulfateuse et menace le PSG    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : deux nouvelles médailles de bronze pour l'Algérie    Annaba: jeux de plage et concerts créent une ambiance estivale bon enfant    Coronavirus: 148 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Les enfumades de Sebih à Chlef, un crime colonial ancré dans la Mémoire collective    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sahara occidental: Joe Biden appelé à soutenir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Des températures caniculaires annoncées samedi et dimanche sur l'Ouest et le Centre du pays    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    11e Festival de la chanson Chaâbi : prestations de quatre ténors confirmés du genre    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    L'heure de la convergence patriotique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



MOSTAGANEM : Décès de 25 nouveau-nés depuis le début du mois de juin !
Publié dans Réflexion le 27 - 06 - 2015

Le constat du nombre de décès des nouveau-nés dans la ville de Mostaganem est établi pour les premières semaines du mois de juin sur la base des registres de décès de l'état civil de la Commune qui fait ressortir une hausse de la mortalité des bébés morts à la maternité de Lala Kheira par rapport à la même période de l'année précédente. Qui est résponsable ?
Quelle que soit la cause du déces de l'enfant, à Mostaganem, ou dans les autres wilayas du pays, l'Etablissement sanitaire est directement mis sur le banc des accusés !Mais nous sommes pas les seules , Selon une étude menée par une institution française, la France détient le triste record du nombre d'enfants mort-nés, avec un taux de 9,2 pour 1 000 naissances.
Qui est résponsable ?
Nous avons relevé ces derniers jours et suivant les statistiques des registres de l'Etat civil une très grande exagération dans la mortalité des nouveaux nés (03 à 04 en 24Heures) sans compter les morts nés à l'exemple du 1er juin au 22 du même mois on a enregistré 25 nouveau-nés ce qui laisse le champ libre à des interrogations. Cependant, ce chiffre peut s'expliquer par la modification des critères légaux définissant l'enfant mort-né. Dans son acception courante, on parle d'un enfant mort-né pour désigner tous les cas où, soit il sort du ventre de la mère en étant déjà mort, soit il meurt immédiatement à la naissance, Il s'agit de tous les cas où la déclaration de naissance à l'état-civil n'a pu être faite avant le décès. Il peut s'agir, encore d'un enfant vivant et non viable, c'est-à-dire un enfant qui n'avait pas la capacité matérielle de survivre mais a quand même présenté des signes de vie avant de mourir (entre l'accouchement et son décès).Mais, quelles que soit les éxplications, qui donnera raison a cette mère qui a perdu son bébé ? L'Etat a donné les moyens matériels et humains aux hopitaux de la wilaya , la maternité de Lala Kheira a été pourtant rénové et doté de tous les équipements nécessaires pour faire fonctionner convenablement le service de la maternité avec des médecins spécialisés, sages-femmes et agents paramédicaux. Mais, les déces, existent toujours ! ‘'Evidemment, Allah, tient leurs vies et notre vie dans ses mains'', mais il semble qu'avec tout cet apport de l'Etat, les causes des déces doivent régresser. Mais Sachant que le plus grand nombre des déces a été enregistré durant le mois de juin 2015, ce qui a coincidé avec le mois sacré de Ramadan, le 18 juin 2015, il semblerait cependant , que la négligence et à la va-vite, de certains résponsables de ce corps seraient derriere cette mascarade.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.