Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Ghannouchi sur le départ ?    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Jusqu'à 46 degrés sur l'Ouest et le Centre    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Antony Blinken au Rwanda    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    On s'organise comme on peut    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Zefizef «corrige» Lekjaâ    Un fleuron pour l'excellence technologique    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    L'édition du retour...    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Wanda Nara sort la sulfateuse et menace le PSG    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : deux nouvelles médailles de bronze pour l'Algérie    Annaba: jeux de plage et concerts créent une ambiance estivale bon enfant    Coronavirus: 148 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Les enfumades de Sebih à Chlef, un crime colonial ancré dans la Mémoire collective    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sahara occidental: Joe Biden appelé à soutenir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Des températures caniculaires annoncées samedi et dimanche sur l'Ouest et le Centre du pays    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    11e Festival de la chanson Chaâbi : prestations de quatre ténors confirmés du genre    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    L'heure de la convergence patriotique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



APRES DES NUITS RAMADANESQUES PLEINES DE VIE ET D'AMBIANCE : Mostaganem replonge dans la léthargie
Publié dans Réflexion le 15 - 07 - 2016

Après un mois de Ramadhan très mouvementé, la ville de Mostaganem redevient une ville morte dès la tombée de la nuit, les soirées jusqu'à l'aube et les magasins qui ne baissent pas les rideaux, étaient une dynamique momentanée qui a pris fin avec l'annonce de L'aid El Fitr.
En dépit de la réputation de Mostaganem une ville qui ne dort jamais .Mostaganem renonce à la vie nocturne, habitude des citoyens d'un côté et manque de sécurité et de moyens de transport de l'autre. Des commerçants rencontrés à la veille de l'Aid , tout en affichant leur peine de ne pas pouvoir travailler tard durant la nuit, après le Ramadan ,nous ont quand même assuré qui' ils sont prêts à être le maillon fort d'une nouvelle stratégie, dont nos responsables veulent instaurer pour faire revivre nos villes "by night". J'aimerai bien que les soirées nocturnes du centre-ville soient aussi vives que celle de la salamandre qui ne dort vraiment pas durant ce trimestre d'été ,mais nous en tant que commerçants , nous devons suivre l'affluence des citoyens si eux ,renoncent à la vie nocturne donc nous on a rien à gagner en restant ouverts dira un propriétaire d'un magasin de parfumerie au niveau de la rue Khemisti. Selon des sociologues, les citoyens ont pris cette habitude de rentrer chez eux dès que la nuit tombe depuis les années 90 et la décennie noire beaucoup de choses ont changé négativement puis au début des années 2000, le centre ville est devenu un ring pour les gangs qui semaient la terreur avec les agressions ce qui a ancré le sentiment de la peur et la prudence chez les mostaganémois. Par ailleurs, le manque de transport vers les lieux commerciaux rajouté de la tristesse à un centre-ville égayé le jour et triste le soir aux décideurs donc de remédier à ces lacunes en appuyant les taxieurs par les bus de l'entreprise étatique ETUM afin que le service soit bel et bien assuré convenablement, En attendant un changement de régime , la ville se met en ,mode Black-Out dès les premières heures du crépuscule ,les magasins ferment ,les passants se font rares, l'ambiance se dissipe et Mostaganem refuse de vivre au nocturne préférant se replier jusqu'à l'aube. Les responsables eux n'ont pu obliger les marchands de laisser leurs rideaux levés puisque en premier lieu il n'y a pas eu de dialogue mais aussi les points négatifs qui contraignent les mostaganémois à rentrer chez eux sont toujours là des maillons qui font de Mostaganem une ville morte en dépit de sa réputation.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.