Alors que la défense d'Oultache évoque un tir mortel d'une tierce personne : La partie civile s'interroge sur les commanditaires de l'assassinat de Tounsi    30 000 comprimés de Lyrica et 300 millions de cts à bord d'une 4×4 à El Tarf    Imposante mobilisation à Alger    À qui distribuer les bons points ?    L'Opep+ affole les banques d'affaires    L'Algérie enregistre un net progrès en 2020    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel    Brahim Ghali dénonce l'inaction de l'ONU    Qui s'y frotte s'y pique    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    La violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu "met à nu son échec cuisant"    Résultats    Boudaoui forfait face à la Zambie et au Botswana    Sous haute tension    Zetchi, réhabilité, ira à Rabat    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    La rencontre fédérale a failli dégénérer    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Près de 600 millards pour une centaine de zones d'ombre    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    Le court métrage algérien Mania primé    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaine    Ligue 1 (16e j): l'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    En finir avec les pratiques du passé    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Tlemcen: Les directeurs des services agricoles recadrés    El Tarf: Sensibilisation des agriculteurs sur la protection des arbres fruitiers    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Côte d'Ivoire et Zambie en amical    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TISSEMSILT : Des zones d'ombre à l'intérieur du tissu urbain
Publié dans Réflexion le 18 - 11 - 2020

L'utilisation de la notion sémantique de ‘'zones d'ombre'' est devenue peut-être un vocable à utilisation outrageuse, pour certains. Ce sont des bourgades éloignées de l'Algérie profonde mais pour d'autres, il ne faut pas aller plus loin à l'intérieur pour les chercher.
En effet, il suffit de se pencher sur les quartiers populaires et populeux pour apercevoir que ces lieux étant dépourvus du minimum de commodités, sont vraiment des zones d'ombre au milieu des secteurs urbains. Les habitants de ces lieux n'ont pas cessé la réclamation de garantir les besoins essentiels, tels que l'eau, le gaz, l'électricité, l'assainissement et les routes etc... En effet, l'exemple cette fois-ci nous vient de la cité des 456 parcelles ou communément appelée El Karia située dans la partie haute de la ville de Tissemsilt qui se trouve depuis quelques temps déjà dans une situation pas très enviable du fait, que ses habitants vivent depuis longtemps sous la menace des agressions, de la vente de drogues et des vols, où l'obscurité est maître des lieux au point où les chauffeurs de taxi hésitent à desservir cet endroit. Avec la dégradation des routes et le noir qui caractérise le quotidien des rues et des ruelles, le risque de devenir victime d'agression est omniprésent, même pour ceux qui depuis des lustres habitent ce quartier. Cette situation qui selon eux a trop duré, a fait naître en parallèle d'autres maux sociaux à savoir : gangs, dealers et une nouvelle génération qui active particulièrement la nuit. Le manque de sécurité, précisent-ils, est un résultat de l'absence de l'éclairage public qui s'ajoute aux multiples dysfonctionnements constatés au niveau de grand quartier dortoir où aucun développement n'est apparu pour changer un tant soit peu le visage de ce lieu d'habitation en un sentiment de délaissement et d'oubli chez ces habitants, malgré les multiples sollicitations, d'où leur insistance urgente auprès des concernés pour trouver une solution à ces problèmes qui les incommodent au plus haut degré. Avec les dernières averses, ce quartier est devenu un vrai bourbier, avec de la poussière à longueur de journée, routes parfois coupées... Enfin, il ne suffit pas de classer certaines régions en zones d'ombre pour les considérer en tant que telles. L'absence d'un vrai développement local au niveau des quartiers et grandes agglomérations fait d'eux de vraies zones d'ombre qui nécessitent plus que jamais des actions et un programme spécial pour les extirper vers l'épanouissement...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.