La position de Berlin sur le statut du Sahara occidental est la cause des frictions entre l'Allemagne et le Maroc    Un projet d'attentat déjoué à Alger    «Un courant obscurantiste tente de faire dévier la révolution»    Beldjoud préside l'installation du wali    Bou-Arréridj Verdict le 10 mars    La défense dénonce un mauvais traitement du détenu    À quel scénario s'attendre ?    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    Tebboune reçoit les présidents de 3 partis    L'ambassade de France s'explique    Le parti AfD placé sous surveillance policière    Derbies au Centre, duels à l'Est et à l'Ouest    Mouassa s'éclipse, Abbès s'annonce    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    5 décès et 163 nouveaux cas    Mahrez, étincelant    2 armes à feu récupérées par les services de sécurité    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le nouveau geste de Macron    Participation de 216 maisons d'édition    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Quel impact sur l'industrie de raffinage?    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Messi fixe une deadline pour son avenir    RASD: la guerre contre l'occupant sera étendue jusqu'à la libération des territoires occupés    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    La mafia du foncier dénoncée    Bourita sur des charbons ardents    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





OULED BESSAM (TISSEMSILT) : Le développement local se limite à son strict minimum
Publié dans Réflexion le 28 - 11 - 2020


S'il y a un fait en relation avec le quotidien des habitants de la commune de Ouled Bessam à moins de (15) Kilomètres de Tissemsilt qu'il faut signaler, il sera peut être cette particularité qui caractérise cette bourgade pourtant située tout juste à la périphérie du chef lieu de la wilaya. En effet, « Djnan Benchrigui » comme aiment l'appeler les anciens et les vieux se trouve privé de plusieurs commodités. Les habitants n'ont pas cessé d'attirer l'attention des responsables sur plusieurs commodités qui font encore défaut mais force est de constater qu'aucune revendication n'a été prise en considération et visiblement rien n'a changé à « Djnan Benchrigui » et les conditions de vie sont restées toujours les mêmes, toujours archaïques, beaucoup plus, la situation s'est aggravée depuis quelques années avec l'agrandissement de cette agglomération qui compte désormais un peu plus de (20000) âmes qui restent toujours dépourvues de toutes les commodités. Sur ce sujet, il est utile d'évoquer l'incendie qui avait ravagé une maison au centre- ville de Ouled Bessam et n'a pu être circoncis malgré l'intervention des citoyens à cause de l'absence d'une unité secondaire de la protection civile, dont la présence aurait pu peut être évité à cette habitation du premier étage de se calciner et se transformer en un tas de cendre. Une commune qui se positionne parmi les plus anciennes au niveau national n'a toujours pas une antenne de la protection civile et la même chose pour un centre de police. Elle n'a jusqu'à présent aucune représentation du corps de la police, même pas une sûreté urbaine ou un centre extra-muros comme s'était le cas à Layoune d'où la prolifération des petits groupes de délinquants qui s'adonnent à tout les maux de la société, de la vente du Kif et des psychotropes en arrivant à l'agression des commerces et des habitations. Pour le coté éducatif, la présence de quatre écoles primaires seulement et un seul lycée a compliqué la scolarité des élèves de cette localité, les parents disent qu' au vu de la surcharge dans les classes à Ouled Bessam, ils sont obligés de chercher des places pour leurs enfants au chef -lieu de la wilaya . Pour finir, il faut toujours bien se ravitailler en carburant des stations se trouvant dans les autres communes et même en gaz butane pour ceux qui n'ont pas été alimentés en gaz de ville pour la simple raison que cette bourgade n'a pas de station services. La prestation à Ouled Bessam se limite à l'accomplissement de certaines formalités administratives en relation avec l'annexe communale et l'agence postale seulement. Pour finir, le soit disant centre de santé est fermé après 14 heures, les malades sont obligés de se voire orienter après cette heure à aller chercher les soins ailleurs, alors pour ce qui est de la permanence nocturne, elle n'a jamais existé, ce qui rend ce secteur de la santé plus malade que les patients en besoins de santé. Enfin, le commun des citoyens en besoin d'une quelconque prestation s'oriente ailleurs que vers cette commune qui cherche encore son développement illustré par un retard criant dans la concrétisation de certains projets de développement inscrits et autres pratiques non réglementaires. Les signaux sont au rouge dans une situation combien de fois décriée tant par certains élus que par la population, aussi, il est à préciser que ces exemples sont une vérité concrète qui n'a rien de fiction, des dysfonctionnements qui malheureusement se distinguent et souffrent encore du manque de bonne volonté et de conscience professionnelle pour les rattraper.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.