La hausse des prix alimente l'appétit des investisseurs, optimistes    Baisse drastique des réserves de change et dérapage accéléré de la cotation du dinar    Une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Plus de 100 kg de drogue saisis à Alger et 11 suspects arrêtés    L'Etat œuvre à redonner aux zones rurales un rôle pionnier économiquement    Les meilleures œuvres primées    L'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    Le portier algérien Oukidja suspendu pour cinq matches    «Soulagé d'être réhabilité»    Ligue des Champions: le MCA s'impose au Sénégal face au Teungueth FC    Procès en appel de l'auteur présumé de l'assassinat d'Ali Tounsi : Le colonel Chouaib Oultache condamné à la prison à vie    INESG: ouverture des travaux d'une journée d'étude portant sur la guerre del'information    Une responsable sahraouie appelle les organisations féminines à travers le monde à protéger les sahraouies des exactions marocaines    Le FFS éloigne la perspective de sa participation aux prochaines élections    Arsenal : Le successeur de Lacazette déjà trouvé ?    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Qui s'y frotte s'y pique    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Les matchs amicaux face à la Côte d'Ivoire et la Zambie officialisés    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Les attaques de l'armée sahraouie contre les forces armées marocaines s'intensifient    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Imposante mobilisation à Alger    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Crimes commis à l'étranger: Un projet de loi pour la déchéance de la nationalité    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Les rentiers cachés de la République    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TIARET : Regrettable ‘'destin'' pour l'emblème national
Publié dans Réflexion le 12 - 12 - 2020

Une simple virée dans les artères de la ville de Tiaret et au niveau des 41 communes y relevant, fait dévoiler, un grand sentiment d'insouciance à l'adresse de l'emblème national, qui a coûté tant de sacrifices, durant des années de lutte armée.
En effet, l'emblème national se trouve dans de mauvaises postures au niveau des frontons de certaines institutions et en dépit des festivités du mois de novembre, symbole de toutes les gloires d'Algérie, certaines administrations, se démarquent des obligations générées par la culture d'Etat. D'autres administrations avancent la qualité du tissu, qui exposé aux conditions climatiques (vent, pluies, et neiges), ne peut tenir et dans plusieurs cas, il fait l'objet de déchirure et en vérité, aucune expertise n'a touché la qualité du tissu, servant à la confection de l'emblème national. Certaines entreprises versant dans la confection du drapeau national, ont récolté des sommes faramineuses et la gestion de ce volet n'a jamais été mise sous la loupe des enquêteurs. Certains observateurs se sont interrogés sur le destin des drapeaux utilisés et déchirés, et dans plusieurs cas, ont fini par rejoindre les dépotoirs sauvages et les poubelles publiques, au lieu de faire objet de réflexion sur des possibilités de recyclage. Dans le même contexte, au niveau de plusieurs communes, des drapeaux se retrouvent jetés sur les trottoirs ou accrochés à des arbres, après les fêtes nationales et religieuses, tout en rappelant que des commissions, de surcroit gérées par des lois, se démarquent de leurs nobles missions à redonner à l'emblème national son vrai blason. D'autres milieux s'interrogent sur la destinée de plusieurs milliards injectés aux collectivités locales et à toutes les institutions pour la protection de l'emblème national, en signalant qu'aucune enquête n'a été ouverte en ce sens. N'est-il pas temps de lancer un concours d'idées pour préserver la qualité de la confection des emblèmes? Pour rappel, un grand emblème de 12 mètres à fonction électrique qui a coûté plus de 500 millions de centimes, est toujours en panne depuis, plus de 15 années. Ce grand drapeau se trouve à 200 mètres du cabinet du wali et malgré ce "Fiasco», aucune enquête n'a été ouverte et l'on se retrouve devant un grand pilon métallique qui relate à tout venant les repères de mauvaise gouvernance, tout en signalant que les services de programmation des projets ainsi que du suivi des programmes, n'ont émis aucun constat sur ce projet douteux et qui a rejoint les calendes grecques.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.