Alors que la défense d'Oultache évoque un tir mortel d'une tierce personne : La partie civile s'interroge sur les commanditaires de l'assassinat de Tounsi    30 000 comprimés de Lyrica et 300 millions de cts à bord d'une 4×4 à El Tarf    Imposante mobilisation à Alger    À qui distribuer les bons points ?    L'Opep+ affole les banques d'affaires    L'Algérie enregistre un net progrès en 2020    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel    Brahim Ghali dénonce l'inaction de l'ONU    Qui s'y frotte s'y pique    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    La violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu "met à nu son échec cuisant"    Résultats    Boudaoui forfait face à la Zambie et au Botswana    Sous haute tension    Zetchi, réhabilité, ira à Rabat    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    La rencontre fédérale a failli dégénérer    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Près de 600 millards pour une centaine de zones d'ombre    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    Le court métrage algérien Mania primé    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaine    Ligue 1 (16e j): l'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    En finir avec les pratiques du passé    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Tlemcen: Les directeurs des services agricoles recadrés    El Tarf: Sensibilisation des agriculteurs sur la protection des arbres fruitiers    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Côte d'Ivoire et Zambie en amical    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CITE BELHOUARI (TIARET) : La rue des ‘'grossistes'' en quête de développement
Publié dans Réflexion le 19 - 12 - 2020

La rue "des grossistes», située en plein cœur de la cité "Belhouari", vient de sortir de l'anonymat et fait l'objet de diverses discussions. En effet, cette rue est une destination privilégiée de centaines de commerçants qui viennent de toutes les régions de la wilaya de Tiaret et même des commerçants de certaines wilayas limitrophes s'y approvisionnent en denrées alimentaires, eu égard à la qualité des prestations et aussi la bonne sélection des coûts.
Cependant, derrière ces grandes activités commerciales, certains problèmes et combien gênants, ont fait leur apparition. Tout d'abord, il faut signaler, l'état de la route qui est à moitié impraticable, eu égard au passage et au stationnement des véhicules «poids lourds». Ces véhicules accentuent l'asphyxie de la circulation routière, tout en notant que beaucoup de piétons trouvent des difficultés et à cela s'ajoute un autre engouement provenant des écoliers qui doivent rejoindre leurs domiciles et aussi les passagers, qui doivent rejoindre ou revenir de la gare routière. Une simple virée dans cette route, résume à tout curieux, les dangers et les risques auxquels sont confrontes les élèves scolarisés et les passagers, qui par contrainte, doivent emprunter cette rue, qui vient de gagner sa réputation car les grands grossistes, et locataires de surcroit y ont pris adresse. Lors de notre passage au niveau de cette rue, un grossiste nous a fait part des dysfonctionnements de l'éclairage public et aussi des risques auxquels se confrontent certains enfants riverains et scolarisés. En somme, l'absence de plaques réglementant la circulation routière, nourrit une anarchie indescriptible où les marchandises sont exposées sur le trottoir, rendant les accès à différents commerces, très difficiles. Pour l'heure, l'on apprend que tous les commerces dépendant de cette rue, offrent des prestations exemplaires, ce qui amplifie l'engouement, mais bien "réglementer «la circulation routière, demeure un vœu pieu de ces commerçants.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.