Les bienfaits des pistaches    Saint Etienne : Les regrets de Boudebouz face à Lille    Serie A : Large victoire de Naples face à la Roma    300 médicaments en rupture de stock: Le syndicat des pharmaciens accuse les distributeurs    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Détresse dans les airs    Aïn El Turck: Des bouchers dénoncent la concurrence des revendeurs de viande de l'abattage clandestin    DROIT DE VIVRE ET DE RESPIRER    110 civils tués dans une attaque terroriste au Nigéria    L'ancien député Tliba jugé en appel    Droits de l'Homme: Alger condamne la résolution du Parlement européen    Talaie El Hourriyet: «La crise économique est antérieure à la crise sanitaire»    Football - Ligue 1: Des promesses et des imperfections    JSK - Youcef Bouzidi nouvel entraîneur: Retour à la case départ !    Education: Grève aujourd'hui dans les écoles    Décès de 4 personnes à l'intérieur d'une voiture à Skikda: La mort causée par asphyxie au dioxyde de carbone    Tebessa: Ils détournaient l'argent d'une personne décédée    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    L'Intersyndicale monte au créneau    Le nombre reste au-dessus de la barre des 1.000 cas    La France face à ses contradictions    Le Dinar poursuit sa dégringolade    Covid-19: Djerad préside un conseil interministériel consacré à l'évaluation de la situation épidémiologique    Le PA rejette la résolution du PE sur la situation des droits de l'Homme en Algérie    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée marocaine    Sahara occidental : l'ONEC réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    AADL 2 : plus de 63.000 souscripteurs dans 33 wilayas ont fait le choix du site    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur d'Italie en Algérie    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Aribi termine meilleur buteur    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La vidange de caves désormais payante
Publié dans La Voix de l'Oranie le 10 - 08 - 2009

Les opérations de vidange des caves assurées par les services de la SEOR, payantes, suscitent, de ce fait, de nombreuses interrogations parmi les habitants des cités recourant aux services de cet opérateur plus connu comme le détenteur du monopole de la distribution de l'eau potable. En effet, jusqu'à un passé récent, la vidange des caves était assurée, gratuitement, par l'OPGI ou par le service d'Hygiène communal.
«J'habite depuis des années à la cité Mimosa, et nous avons toujours souffert de l'inondation des caves par les eaux usées. Souvent, les habitants du rez-de-chaussée sont victimes de ces inondations. Dans de telles situations, les eaux s'infiltrent jusqu'à l'intérieur des maisons qu'elles envahissent de leurs odeurs nauséabondes», témoigne une habitante de la cité Mimosa, qui ajoute : «La stagnation des eaux usées dans les caves nous empoisonne la vie. Les caves deviennent un vrai foyer pour toutes sortes de bestioles nuisibles à la santé».
Ce problème n'est pas étranger aux habitants de la cité Grande Terre relevant du secteur urbain El Makarri. Selon les habitants de cette cité, celle-ci enregistre plus de 30 caves envahies par les eaux usées. «Ce sont les services de la prévention qui assuraient de temps à autre la vidange des caves. Parfois, ce sont les habitants qui prennent en charge, à leurs frais, le traitement des caves, et à des sommes qui dépassent souvent les 1500 dinars. Une initiative que nous ne pouvons pas assurer de manière régulière, vu son coût élevé», rappellent des résidents.
Ceux-là rapportent également : «Ce n'est pas évident que les habitants paient chaque fois de leurs poches les charges des vidanges de caves. Beaucoup d'entre eux ne jouent pas le jeu, et ne s'y impliquent pas. Pis encore, ce genre d'initiatives constitue parfois un sujet de litiges entre les différents habitants de ces cités. Ceux qui habitent les étages se disent non concernés directement par le problème qui, selon eux, touche en premier lieu les habitants du rez-de-chaussée et, à un degré moindre, ceux du premier étage… D'autres estiment que les immeubles appartiennent à l'OPGI et, par conséquent, c'est aux services de l'office de prendre en charge ce genre de problèmes…»
Concernant ce problème, des sources du service de l'Hygiène et de l'Assainissement de la Commune d'Oran expliquent : «Malgré que les engins de vidange ont été mis à la disposition des services de la SEOR, les secteurs urbains continuent à intervenir pour assurer la vidange des caves, vu le grand nombre des plaintes déposées par les citoyens. Je tiens à souligner que les services communaux assurent ces opérations gratuitement aux habitants. Je porte à votre connaissance, également, que nos services adressent régulièrement des rapports sur l'état des caves».
A ce sujet, toujours, une source du bureau d'Hygiène déclare : «Auparavant, c'était le bureau d'Hygiène communal qui assurait ces opérations, gratuitement, au profit des habitants des cités. En revanche, depuis que les engins ont été mis à la disposition des services de la SEOR, la responsabilité de cette tâche ne relève plus de notre ressort. Cet été nous avons recensé de 50 à 70 caves inondées à travers les différentes cités de la ville».
Du côté des services de la SEOR, on explique : «Nous avons reçu dix camions de vidange et nous attendons la réception de six autres, neufs, pour renforcer le parc. Les opérations nous les assurons à des coûts allant de 1000 à 1500 dinars».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.