Tripoli : 9 morts dans le bombardement d'un dépôt militaire    Crise libyenne : Alger et Tunis affichent leurs inquiétudes    Sports mécaniques : Le CSMB s'illustre    Delort, quelle bonne pioche de Belmadi !    BAC 2019 dans la capitale : Plus de 58 000 candidats    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Baghlia : Manque de transport public    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    L'AACC s'oppose à la dissolution de l'Office central de répression de la corruption    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    114 comprimés psychotropes saisis, deux arrestations    Tlemcen: Un jeune tué à coups de couteau et de sabre    Une quinzaine de jours seulement après le début de la saison estivale: Déjà quatre décès par noyade    La saga judiciaire continue    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Quelques scénarios de sortie de crise    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Pour renforcer prochainement la cartographie et la télédétection : Une caméra numérique de nouvelle génération à Oran    Hommage à Ahmed Kellil    Karim Djoudi et Amar Tou, placés sous contrôle judiciaire    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le président déchu comparaîtra la semaine prochaine    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    ACTUCULT    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après l'évocation d'une éventuelle taxe sur le produit dans le cadre de la future loi de finances 2010
Augmentation anarchique des prix du tabac
Publié dans La Voix de l'Oranie le 05 - 10 - 2009

Depuis l'annonce faite, la semaine dernière, par les quotidiens nationaux, concernant une éventuelle taxe sur le tabac dans le cadre de la future loi de finances 2010, le prix des cigarettes n'a cessé d'augmenter chez les buralistes.
Ainsi, les consommateurs sont chaque jour surpris par de nouvelles augmentations. Pour certaines marques de cigarettes telles que les Marlboro ou encore LM, les prix ont augmenté de 40 à 60 DA. Pour justifier ces hausses, les buralistes parlent de «pénurie sur le marché national». Un alibi qui ne convainc pas les consommateurs qui désignent encore une fois la spéculation par les seuls commerçants.
Hakim, la quarantaine, parle de spéculation. Selon lui "les seuls responsables de cette augmentation sont les buralistes. Ils sont en train de stocker la marchandise pour créer une pénurie et vendre à des prix excessifs».
Merouane, lui aussi consommateur, rencontré dans un café algérois, se dit outré par cette attitude des buralistes «C'est eux (les revendeurs) les responsables. Ils courent toujours derrière le gain facile. A présent, ils vont stocker le maximum de marchandises et les déverser sur le marché une fois la taxe appliquée».
Les augmentations touchent également les cigarettes ‘made in Algeria', à l'image des Rym et Nassim. Cette augmentation "anarchique" intervient alors que le projet en question prévoit des taxes sur les tabacs, comprises entre 6 et 8 dinars sur chaque paquet de cigarette et sachet de tabac. Sur les huit dinars, six seront destinés à la caisse spéciale des urgences et des activités et soins médicaux, et deux dinars iront à la Caisse nationale de sécurité sociale. Nous avons tenté d'en savoir plus auprès de la SNTA. Aucun responsable n'était disponible pour nous donner sa version des choses. Le tabac est le seul produit à avoir échappé aux hausses successives constatées sur les prix de diverses marchandises.
Pour les autorités, il s'agit en premier de lutter contre le tabagisme qui fait plus de 3.500 cas de cancer. Il y a eu déjà une première tentative d'interdire le tabac dans les lieux publics au début des années 1990. Des mesures sans effet jusqu'à maintenant. En tout cas, le commerce du tabac échappe au fisc qui n'arrive pas à juguler le phénomène de la contrebande et de la vente sauvage sur des étals de ce produit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.