Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





54 fabricants de médicaments en Algérie
Un important laboratoire de contrôle de médicaments en projet
Publié dans La Voix de l'Oranie le 29 - 05 - 2010

Une journée pharmaceutique nationale a été organisée, jeudi, au complexe El Mouahiddine, en présence d'une multitude de pharmaciens, installés à l'Ouest au centre et à l'Est du pays.Une vingtaine d'exposants spécialisés dans le médicament, le cosmétique et la para–pharmacie ont participé à l'enrichissement scientifique de l'événement. Une journée riche en communication et débats scientifiques, inaugurée par le patron du laboratoire national de contrôle des produits pharmaceutiques en Algérie, le professeur Mohamed Mansouri qui a fait un tour d'horizon, en traçant un tableau analytique sur le médicament et le devenir de la pharmacie, en Algérie.
Mansouri Mohamed, patron du LNCPP en Algérie a révélé, lors de son intervention, en marge de cette journée sur l'industrie pharmaceutique en Algérie et la préoccupation de l'universitaire à former des pharmaciens efficaces et adaptés aux besoins de l'économie, ce qui justifie et rend obligatoire la formation continue du pharmacien.
Le patron du LNCPP a fait une comparaison entre ce qui se fait dans les industries maghrébines et dans les industries des pays développés, "cette comparaison nous permettra de détecter les lacunes à combler et les améliorations à apporter", répond un industriel que nous avons interrogé.
Le patron du LNCPP a responsabilisé le pharmacien par l'éventail de ses connaissances techniques et scientifiques, il est le mieux placé pour assumer la responsabilité des fabrications, c'est-à-dire pour prévoir les répercussion fastes ou néfastes de chaque geste de fabrication, dans l'enseignement qu'il reçoit, celui des sciences fondamentales et du domaine de la pharmacie galénique, comme le disait Mohamed Mansouri à l'assistance, la qualité se fabrique avant d'être contrôlée et que le contrôle final sur échantillon n'a de sens que sur des lots homogènes, bien fabriqués.
La collaboration entre l'industrie et l'université constitue un vaste problème qui doit être abordé et faire l'objet de nombreuses discussions dans le but de rattraper le retard par rapport à d'autres pays.
Il est évident que nos facultés dans le domaine de la pharmacie sont jeunes, mais il serait judicieux de penser, d'ores et déjà, à amorcer cette collaboration, et ceci pour plusieurs raisons répond un universitaire que nous avons interrogé.
Par ailleurs, le patron du LNCPP à déclaré officiellement une mise en place d'un grand terrain auprès de l'EHU d'Oran pour l'installation d'un important laboratoire de contrôle de médicament qui englobe 7 laboratoires de spécialités pharmaceutiques de pointe.
L'Algérie possède 54 laboratoires servant à la fabrication de médicaments, selon la même source scientifique, donnant l'amidon provenant du maïs, comme matière première, fabriquée en 1995 en Algérie.
Selon M. Mansouri, le LNCPP lutte toujours contre la falsification et il est l'unique et l'indivisible laboratoire qui lutte contre la contrefaçon médicamenteuse. Ce laboratoire est membre de la commission européenne de pharmacopée.
Enfin, depuis plus de deux siècles, la responsabilité de la fabrication du médicament a été confiée au pharmacien d'une façon juridique bien établie.
Et en matière de formation qui se déroulera exclusivement dans les départements de pharmacie, il faudra dresser avec les autorités compétentes, les objectifs à atteindre et définir le profil du pharmacien industriel qui doit passer par une formation médicale dans le cadre du résidanat parce que l'industrie pharmaceutique est une pharmacie industrielle qui nécessite un diplôme médicalisé de la faculté de médecine.
Par ailleurs, parmi les préoccupations de bon nombre de pharmaciens, celles relatives aux devenir des lots de médicaments dont les dates de péremption sont arrivées à terme et qui trouvent des destinations diverses alors que leur destruction est impérative.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.