Baromètre.. En Baisse : Djamel Ould Abbès    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    La Chine dénonce Washington    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    Soutien aux groupes terroristes.. Deux éléments arrêtés à Oran    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    EN MARGE DE SA VISITE A LA 1EER REGION MILITAIRE : Gaid Salah désapprouve le boycott du dialogue    MOUVEMENT PARTIEL DANS LE CORPS DES WALIS : Abdelkader Zoukh limogé    Le Parquet ouvre une enquête    L'opération de révision exceptionnelle des listes s'est achevée hier    Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Les frères Kouninef devant le Procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed    Fausses statistiques, vraies subventions    L'USMBA renoue avec la victoire, le maintien encore possible    Campagne de collecte de sang par les agents de la société de distribution d'électricité et du gaz    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    «Je n'ai peur d'aucune équipe»    Un documentaire en cours de réalisation    Libye: au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Bouira : Les étudiants manifestent en masse    Pétrole: le panier de l'Opep à plus de 72 dollars le baril    Décès d'un supporter    Oussama Sahnoune réussit les minima du 100 et 50m NL    Kébir : "Il y avait penalty pour nous"    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Les recettes douanières en légère hausse en 2018    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Complément différentiel et montant-revalorisation    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Arrestation de trois dealers et saisie de 1962 comprimés psychotropes    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    La justice militaire passe à l'acte    …sortir…sortir…sortir…    ESS - Sidhoum: «On peut renverser la vapeur à Béjaïa»    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    Le bal des hypocrites    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    La déliquescence de l'Etat    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    La condition féminine en débat    Hommage à Yamina et Malika...    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coopération Scientifique Algérie-Afrique du Sud dans les NanoTech
Publié dans AlgerieNetwork le 05 - 01 - 2012

La coopération scientifique internationale constitue un élément essentiel du système national de recherche. A l'heure de la globalisation, l'ouverture des chercheurs vers le monde extérieur reste vitale pour la qualité et la performance de leurs travaux grâce, notamment, à des échanges avec leurs pairs nationaux ou étrangers effectuant des travaux similaires ou complémentaires. Dans ce contexte et sur la base d'accords scientifiques existant avec l'Afrique du Sud, nous avons travaillé à dynamiser cette coopération en élargissant les domaines d'intérêts stratégiques communs et en identifiant des mécanismes adéquats pour la mobilité des chercheurs.
Coopération Algérie- Afrique du Sud:
La République d'Afrique du Sud dispose d'un système de recherche scientifique performant associant des universités et centres de recherche spécialisés touchant les domaines de l'agriculture, de la médecine, de l'industrie, de l'extraction minière, etc.) avec en sus une parfaite expérience dans le développement de programmes de coopération entre secteur public et secteur privé, mais également des partenaires internationaux. Ce n'est pas un hasard si ce pays produit à lui seul près du tiers des publications scientifiques du continent et occupe la première place d'Afrique dans de nombreuses disciplines. Les universités ne sont pas du reste comme le montre le dernier classement établie par Ranking Web of African University en 2010 où les institutions Sud-Africaines occupent les huit premières places dans le palmarès du top 10. Sur le plan de la production scientifique, ce pays à lui seul totalise presque 30% de publications du Continent, en occupant la première place dans de nombreuses disciplines. Les principaux indicateurs du système Sud Africain de recherche scientifique sont :
- Un Département Sciences et Technologie (DST) qui coordonne les actions menées par plusieurs organismes de gestion de la recherche scientifique ;
- Un Conseil National pour la Recherche Scientifique et Industrielle (CSIR) ;
- Un financement du système national de la recherche scientifique et du développement technologique (RSDT) qui s'élève à 0,97% du PIB en 2007/2008. Il est à noter que 60% de ce financement provient du secteur privé, 20% des fonds propres des universités et uniquement 20% du gouvernement ;
- Un réseau universitaire constitué de 23 universités et plus de 20 centres publics de recherche. L'effectif des étudiants avoisine les 800 000 ;
- Des actions prioritaires de recherche s'articulant sur la bio économie (plantes médicinales), sciences et technologies spatiales, énergies (surtout renouvelables), changement global (climatique), dynamiques sociale et humaine.
De nombreuses conventions de coopération lient l'Algérie à l'Afrique du Sud, favorisées par l'existence de la haute commission bilatérale qui bénéficie d'un fort soutien politique des dirigeants des deux pays. La recherche scientifique occupe une place de choix et couvre divers domaines tels que la Technologie du laser, la Biotechnologie, les Technologies de l'information, l'Environnement et la gestion des ressources en eau, les Micro – satellites, les Technologies de radiation, l'Exploration et la valorisation des minéraux, mais également le chapitre de la lutte contre la pauvreté. La convention de coopération scientifique bilatérale signée pour la période 2003-2007 étant arrivée à terme, la DG-RSDT a répondu favorablement à l'invitation de la Direction Générale de la Recherche d'Afrique du Sud pour définir les contours du nouvel accord avec un élargissement des champs disciplinaires, et la mise en œuvre de nouveaux mécanismes réalistes d'échange en tablant sur un transfert du savoir et une mobilité accrue des chercheurs. Ce processus qui s'est étendu sur cinq mois, s'est soldé par la signature le 26 mai 2010 de six accords entre l'Algérie et l'Afrique du sud, dont celui consacré à la recherche scientifique et au développement technologique.
A propos de l'accord sur la Recherche Scientifique et le Développement Technologique :
L'accord prévoie de renforcer la coopération dans les thématiques suivantes en plus de celles concernant le nucléaire avec le Commissariat à l'Energie Atomique (COMENA) et le spatial avec l'Agence Spatiale Algérienne (ASAL):
• Les Technologies du Laser
• Les Sciences & Technologies spatiales
• Les Technologie Radioactives
• Les Nanotechnologies
• Les Nanotechnologies & Sciences des matériaux
• Les Technologies de l'Information et de la Communication
De nouveaux domaines de coopération ont été identifiés dans les Sciences Médicales, les Sciences Sociales et Humaines ainsi que le Système de Connaissances traditionnelles (plantes médicinales).
Concernant les modalités de coopération, il a été convenu d'arrêter les mécanismes suivants :
• Projets de recherche conjoints par appels d'offres (juin 2010)
• Echange de Programmes Scientifiques et de chercheurs
• Conférences & manifestations Scientifiques communes (bi-annuelles)
Les deux parties ont convenu des financements pour la coopération à hauteur de 1 Million $ par année et se sont mises d'accord sur le principe que chaque pays prendra en charge le transport de ses chercheurs, les frais locaux seront à la charge du pays qui reçoit. Par ailleurs l'idée de la création en Algérie d'un centre de recherche de pointe qui consacrera la coopération entre les deux pays dans le domaine des nanotechnologies a été entérinée. Ce centre profitera aux compétences des deux pays et devra s'ouvrir à tous les scientifiques africains. La conférence sur la recherche conjointe qui sera organisée par la DG-RSDT en novembre 2010 marquera le démarrage effectif des actions identifiées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.