Arkab présidera samedi la 179ème réunion de la conférence de l'OPEP    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    104 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    INSOUCIANCE ET LEGERE PRISE DE CONSCIENCE CITOYENNES : La difficile adaptation au port du masque à Tissemsilt    ADRAR : 8 ans de prison et 50 millions d'amende pour un vol à la tire    OCCUPANT LEUR HABITATION DE 52 ANS : Deux familles menacées d'expulsion à Oran    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Effondrement d'un vieil immeuble à la Casbah d'Alger    Ecoles privées: début des préinscriptions sur un litige du payement des frais scolaires    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Le Care critique les choix du gouvernement    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    La colère des américains ne baisse pas    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mali : HRW appelle les belligérants au respect des lois de la guerre
Publié dans Algérie Presse Service le 07 - 05 - 2013

L'ONG internationale des droits de l'homme, Human Rights Watch, a appelé lundi les forces armées maliennes et les groupes armés à la protection des civils et au respect des droits des prisonniers en cas d'une éventuelle opération militaire dans la région de Kidal.
''Toutes les parties belligérantes dans le nord du Mali ont l'obligation de respecter les lois de la guerre, notamment dans le cas où l'armée nationale malienne lancerait une offensive contre les groupes armés dans la région de Kidal'', a déclaré Human Rights Watch (HRW).
Pour cette ONG, basée à New York, ''des violations des droits de l'homme commises précédemment ont suscité des préoccupations, et rappelé la nécessité que toutes les forces armées impliquées minimisent les dommages subis par les civils et s'assurent que tous les prisonniers soient traités avec humanité, conformément aux Conventions de Genève de 1949 et au droit international humanitaire coutumier''.
Le gouvernement malien, a-t-elle poursuivi, ''devrait s'assurer de la présence d'un nombre adéquat de gendarmes mandatés pour interroger les prisonniers pendant les opérations militaires et pour prendre des mesures dans les cas où des soldats commettraient des manquements à la discipline''.
A ce propos, la chercheuse senior sur l'Afrique de l'Ouest à HRW, Corinne Dufka, a soutenu que ''le peuple malien a déjà souffert d'atrocités commises par tous les camps. De nouvelles exactions risqueraient d'exacerber encore les tensions ethniques au sein d'une population déjà vulnérable''.
Les médias ont annoncé que le gouvernement malien préparait une offensive militaire dans les zones situées dans la région de Kidal qui demeurent sous le contrôle de deux groupes armés, le Mouvement national touareg pour la libération de l'Azawad (MNLA) et le Mouvement islamique de l'Azawad (MIA).
Kidal est la seule région du Mali dont le contrôle n'a pas été pleinement assuré par le gouvernement à la suite de l'opération militaire menée par la France, qui a débuté en janvier 2013.
HRW précise que le conflit armé actuel entre le gouvernement malien et ses alliés, d'une part, et les groupes armés, d'autre part, est réglementé par l'article 3 des Conventions de Genève de 1949, dont le Mali est signataire, et par le droit international humanitaire coutumier''.
Ce droit, explique-t-elle, ''vise à protéger les civils et les autres non-combattants des dangers d'un conflit armé, et traite de la conduite des hostilités, c'est-à-dire les moyens et méthodes de guerre, par toutes les parties''.
Les civils ne doivent jamais être pris délibérément pour cible d'une attaque et les belligérants sont tenus de prendre toutes les précautions possibles pour minimiser les dommages infligés aux civils et à leurs biens.
''Les attaques qui ne feraient pas de distinction entre combattants et civils ou qui causeraient des dommages disproportionnés aux civils sont interdites'', tandis que ''les civils et les combattants capturés ne doivent pas être victimes de meurtres, de tortures ou d'autres mauvais traitements''.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.