Chelsea : Kurt Zouma sur le départ ?    Logements : 70% des projets parachevés ou en cours de réalisation, selon le ministère de l'Habitat    Juventus : Pirlo ira au terme de la saison    Des chefs de partis chez Charfi    Suppression de l'essence super au plomb dès octobre prochain    "ON N'EXPORTE PLUS DEPUIS LA FERMETURE DES FRONTIÈRES"    Campagne d'information sur les services en ligne    Les enjeux d'une option    « Il faut relancer le bâtiment »    Sadiq Khan réélu à la tête de la mairie de Londres    Vives condamnations dans le monde    «La question sahraouie est une question de décolonisation»    Elle est où la fusée ?    Les marches soumises à autorisation    La siesta    Résultats    Une bonne préparation pour les éliminatoires du Mondial    7 décès et 204 nouveaux cas    Le Bayern champion pour la neuvième fois consécutive    Ruée vers l'Espagne    DJERAD VEUT ASSEOIR LES BASES DU DIALOGUE SOCIAL    Les établissements scolaires relativement perturbés    Ftirate    Prévention aléatoire    IL ETAIT LA VOIX GRAVE DE LA RADIO    Législatives : rencontre entre l'ANIE et des représentants de 18 partis politiques    Tizi Ouzou : Des hôtes de marque au village le plus propre    Université d'El Annasser à Bordj Bou Arréridj : Il y a 150 ans, la révolte d'El Mokrani    Arts plastiques à Guelma : Vers la renaissance de l'association Bassamate    Edition : Un ouvrage sur l'organisation traditionnelle kabyle    Le procès du terroriste «Abou Dahdah» reporté    Ethique: Quels remèdes pour l'administration et l'entreprise publiques ?    Quand l'Egypte séduit la France    Programme de modernisation de la ville: Des études pour l'aménagement des sites touchés par le relogement    Le front El Moustakbel sur les starting-blocks    L'autre star du Ramadhan    Acter la consécration de l'état national    Une vingtaine de civils tués dans une attaque terroriste    La pandémie inquiète de plus en plus    La frénésie s'empare de Béjaïa    La JSK confirme encore    Ça chauffe en tête    La procureure de la CPI reçoit des ministres afghans    L'éviction de listes charme l'opinion    Les trois lauréats dévoilés    Divas d'Oum Kalthoum à Dalida    Mohammed Dib : un écrivain monumental    Le nouveau cap d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un film marocain à l'ouverture du 1er Festival culturel maghrébin du cinéma d'Alger
Publié dans Algérie Presse Service le 04 - 11 - 2013

La première édition du Festival culturel maghrébin du cinéma prévue du 3 au 8 novembre à Alger a été inaugurée dimanche à la salle El Mouggar par le long métrage de Selma Bargach "La cinquième corde", un mélodrame dans lequel la musique offre des alternatives de changement à une jeunesse en quête d'ouverture vers un nouveau monde, approprié à ses aspirations.
Premier long métrage de la cinéaste marocaine qui en a également écrit le scénario, "La cinquième corde", une fiction de 98 minutes, répercute sur le grand écran un nouveau regard en quête de tolérance traduisant la nécessité d'une nouvelle vision sur une culture enracinée depuis des siècles.
Réalisé en 2011, le long métrage qui a obtenu plusieurs distinctions et participé à des rencontres internationales, relate le parcours créatif de Malek, un passionné de luth, qui, voulant encore progresser, arrive chez son oncle Amir, maître de musique et détenteur du secret de la 5ème corde, symbole de renouveau que Ziryab a ajouté à son "Oud" au VIII siècle.
Rencontrant Laura, Malek affiche clairement son obstination à vouloir percer le mystère de la 5ème corde, signe d'une volonté prononcée à se libérer du conservatisme de son oncle qui devient furieux lorsqu'il entend son neveu jouer sa première composition où le luth n'est plus dans la tradition mais dans un mélange de sonorités jazz, aux allures modernistes.
"Le parcours de Malek jalonné d'épreuves est aussi celui de centaines de jeunes incompris et sans soutien, vivant en marge de la société", explique Selma Bargach, avant d'ajouter, "c'est aussi celui de ceux qui ont gardé l'espoir et qui ont su s'inscrire dans une énergie fertile".
"La présence dans une fiction marocaine du comédien tunisien Ali Esmili, dans le rôle de Malek et celle de Safy Boutella qui a signé la musique du film, met en valeur cette synergie dans le fait culturel qui permis entre autre, la réussite de ce projet", a noté un observateur.
Née à Casablanca, Selma Bargach étudie l'art et le cinéma expérimental à la Sorbonne à Paris. Elle a réalisé des courts-métrages avant de se lancer dans le long-métrage et a soutenu un doctorat sur le thème "Le statut et le rôle de la femme dans le cinéma marocain".
Le premier Festival culturel maghrébin du cinéma d'Alger verra la projection de 15 courts métrages, 11 longs métrages et 9 films documentaires représentant outre l'Algérie avec 11 productions, la Tunisie et le Maroc avec 10 productions chacun et la Mauritanie avec 4 productions.
Le déroulement du festival, réparti entre deux salles, connaitra quotidiennement la projection de quatre courts métrages et deux à trois longs métrages à la salle El Mouggar et une moyenne de deux documentaires par jour à la cinémathèque d'Alger où il est également prévu d'organiser tous les débats qui concernent l'ensemble des projections.
Les jurys des trois sections, composés d'universitaires et professionnels du cinéma au Maghreb seront présidés par Lamine Merbah pour le long métrage, Rabah Laradji pour le court métrage et Fadéla Mehal pour le film documentaire.
Dans la section longs métrages, l'Amayas d'or, plus haute distinction du festival, sera décerné à la meilleure fiction, ainsi que quatre autres prix qui récompenseront les meilleurs rôles masculin et féminin, le meilleur scénario et le prix spécial jury.
Les sections courts métrages et films documentaires seront quant à elles couronnées d'une seule distinction chacune, respectivement, l'Amayas d'or et le Grand prix du documentaire.
Par ailleurs, une conférence sur le thème de la post-production et la numérisation des films est programmée en marge du festival.
Auparavant, la cérémonie d'ouverture a été présidée par la ministre de la Culture Khalida Toumi, en présence du ministre des affaires étrangères Ramtane Lamamra, invité à l'inauguration de cette première édition ainsi que nombre de professionnels du septième art en Algérie et au Maghreb.
Le Festival culturel maghrébin du cinéma d'Alger se fixe pour objectif de faire connaître au grand public les productions récentes des jeunes auteurs et cinéastes maghrébins en particulier et de promouvoir et développer les échanges dans le domaine de la production cinématographique entre les pays du Maghreb.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.