Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Le FFS va-t-il se retirer du PAD ?    Kafkaien    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    La nouvelle feuille de route    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Les vérités de Boukadoum    La Grande Khalouta !    Un recrutement en catimini    «Des dérogations seront accordées pour certaines activités»    Près de 20 000 personnes verbalisées pour non-respect du confinement    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    La direction charge Sonatrach et le wali d'Alger    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Une voiture dans un sac à dos    Aveu d'échec    On vous le dit    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    ASO – ES FIRME : Saïdi, un dirigeant hors pair s'en va    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Brentford: Benrahma frappe de nouveau    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Commerce: Rezig préside une réunion avec les cadres centraux    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Sonatrach1: la commission technique avait déclaré infructueux l'appel d'offre KG3
Publié dans Algérie Presse Service le 17 - 01 - 2016

Le témoin Chekired Hocine, ex-directeur général adjoint de Sonatrach, chargé des activités de transport par canalisations (2006-2008), a affirmé dimanche devant le tribunal criminel d'Alger que la commission des offres techniques avait déclaré en 2008 infructueux l'appel d'offre relatif au projet du gazoduc entre l'Algérie et la Sardaigne (GK3) car deux sociétés seulement ont soumissionné.
Auditionné par le tribunal criminel d'Alger dans le cadre du procès de l'affaire Sonatrach1, le témoin a indiqué qu'il a adressé une correspondance au PDG, Meziane Mohamed après la publication de l'avis d'infructuosité pour l'informer de la situation d'autant que la directive A408 R15 ne prévoit pas la démarche à suivre en de pareil cas (vide juridique).
"Sonatrach pouvait alors annuler le marché sans incidences financières" mais "le PDG a ordonné de poursuivre les procédures du marché avec seulement deux soumissionnaires", a-t-il rappelé.
Le marché est passé au gré à gré simple en négociant les prix au profit du groupe italien Saipem Contracting Algeria.
Le projet GK3 avait été divisé en trois lots, le troisième étant revenu à Saipem Contracting Algeria malgré ses prix "élevés", selon le témoin.
Le projet a été lancé conformément à la directive R15 A408 à travers l'annonce de l'appel d'offre ouvert qui a permis de retenir 11 sociétés pour les lots 1 et 2 et 6 sociétés pour le lot 3.
Cependant seules deux sociétés avaient soumissionné pour le lot 3, a ajouté le témoin ce qui a conduit la commission chargée de l'étude des offres techniques de déclarer infructueux cet appel d'offre".
Pour sa part, le témoin Aoudi Fadhéla, présidente de la commission technique et commerciale du projet du gazoduc entre l'Algérie et la Sardaigne a indiqué à ce sujet que c'est le l'ex-PDG qui avait permis la poursuite de l'appel d'offre ouvert avec seulement deux sociétés dont Saipem, en contradiction avec la directive R15 A408.
Le PDG a justifié sa décision par le "caractère urgent et sensible du projet du gazoduc entre l'Algérie et la Sardaigne", a ajouté le témoin soulignant que de "nombreux projets ont été annulés faute de soumissionnaires".
"Les directives internes de Sonatrach à l'instar de la règle R15A408 confère à la compagnie "un cadre légal rigoureux" pour l'organisation et la gestion des marchés publics, conformément aux normes internationales, ce qui encourage les sociétés internationales à prendre part aux appels d'offre lancés par Sonatrach, a indiqué le témoin Chekired.
Ces directives sont considérées comme un règlement intérieur qui stipule que le lancement d'appels d'offre internationaux pour de grands projets est "un principe essentiel", a-t-il précisé.
Le directeur général est le garant de l'application des directives internes de Sonatrach et il est habilité à décider du recours exceptionnel aux contrats de gré à gré, s'il est nécessaire "pour gagner du temps", a-t-il ajouté.
Le directeur général est habilité à "donner son approbation quant à la négociation des coûts dans certains cas", ce qui est "rare", a-t-il dit, comme c'était le cas pour le projet du gazoduc entre l'Algérie et la Sardaigne (Italie- GK3), pour lequel les coûts ont été négociés et l'accord conclu avec le groupe italien Saipem Contracting Algeria sur la base du gré à gré simple.
A une question sur le budget utilisé par Sonatrach pour financer ses grands projets, le témoin a indiqué qu'il est constitué des profits et des bénéfices réalisés par Sonatrach dans le cadre de ses différents projets, précisant que le budget de Sonatrach ne provient pas du ministère de l'énergie et des mines, ni du trésor public.
"C'est Sonatrach qui finance le trésor public", a-t-il soutenu.
La séance de l'après-midi sera consacrée à l'audition des témoins concernés par le projet de rénovation du siège de Sonatrach à la rue Ahmed Ghermoul (Alger).
Le procès de l'affaire Sonatrach I dans laquelle sont impliquées 15 personnes et 4 entreprises étrangères et nationales pour corruption a débuté le 27 décembre dernier au niveau du tribunal criminel d'Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.